Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Charlie Hebdo nous prend pour des cons

Rédigé par Amara BAMBA | Vendredi 9 Février 2007

Je dois reconnaître que je lis parfois Charlie Hebdo. Je ne l'achète pas chaque semaine car je lui préfère le Canard Enchaîné. Quand on s'intéresse à l'actualité française, il est difficile de se passer des révélations du Canard ou du sarcasme de Charlie. Personnellement, je respecte cette bande de soixante-huitards attardés qui sont d'excellents journalistes et ne manquent pas d'humour. Et je m'en voudrais de me priver de la pertinence du regard qu'ils portent sur l'actualité nationale.



Lorsque Charlie s'en est pris aux barbus, j'ai épluché leurs numéros. Parce que je suis parfois barbu, j'ai pu surprendre l'image que j'envoyais à une partie des Français. Et quand ils ont canardé le hijab, j'avoue que c'était drôle même si je ne pouvais pas trop en rire. Il est pénible d'être tourné en ridicule quand on n'a pas les moyens de prendre la parole. Et j'estime qu'en malmenant les musulmanes qui portent un voile sur la tête, Charlie Hebdo tirait sur une ambulance à l'arrêt. C'est couard, c'est à la portée de n'importe qui et ça ne sert absolument à rien sauf que ça fait un beau bruit de pétards.

Car un des problèmes qui affectent les musulmans de France est leur absence de parole médiatique. En dehors de quelques strapontins occasionnels offerts par la presse nationale, l'opinion du citoyen musulman compte pour du beurre dans le débat public. Nous n'avons aucun journal, aucune revue. Pas d'hebdo, pas de mensuel, pas même un petit trimestriel capable de nous faire participer dignement en citoyens responsables, aux débats qui nous concernent. L'équipe de Charlie le sait. Ils peuvent donc se moquer à loisir. Et ils se moquent bien. Bien méchamment, souvent inutilement. Au point que dans leur élan, ils ne prennent plus les précautions d'usage. C'est bien ce qui leur vaut le présent procès.

Val est plus marxiste que Marx


En reprenant textuellement les caricatures du Jyllands Posten, Philippe Val et son équipe savaient ce qu'ils faisaient. L'édito du numéro ne laisse aucun doute sur leurs intentions. Le fait est que d'autres journaux français, qui tiennent à la « liberté d'expression » autant que Charlie Hebdo, se sont gardés de recopier certaines caricatures danoises.

Le fait est aussi que, bien avant cette affaire de caricatures danoises, les musulmans de France se sentent déjà suffisamment caricaturés même par des journaux sérieux. Nous nous sommes faits une raison. Et nous n'incriminons pas le geste de Charlie Hebdo même s'il nous déprécie un peu plus. Ils ont le droit de nous caricaturer. C'est pourquoi, dans le procès en cours, l'accusation ne porte pas sur tous les dessins publiés par l'hebdomadaire. L'accusation ne porte que sur les dessins intellectuellement vilains, ceux-là qui sont contraires à l'éthique républicaine parce qu'ils colportent des amalgames hideux sur un groupe de citoyens en raison de leur religion.

Un autre fait est que Carsten Juste, rédacteur en chef du Jyllands-Posten, a reconnu la nature maladroite de certaines des caricatures. Et en gentleman danois, il a publié une lettre d'excuses même si elle est venue un peu tard.

Et voilà que M. Val se veut plus marxiste que Marx. Il reste sourd et aveugle en soutenant mordicus qu'il n'y a pas d'amalgame possible. Il répète à qui veut l'entendre et qui ne l'aurait pas encore compris, qu'il ne s'agit pas des musulmans mais des islamistes. Pas un seul mot d'excuse. Pas une esquisse d'autocritique. Il s'arc-boute sur l'alibi de la « liberté d'expression ». La liberté a bon dos et l'expression à de belles jambes. Dans sa situation, un chef de Taliban afghans n'aurait pas réagi autrement. De la part d'un intellectuel qui prétend nous donner des leçons de citoyenneté républicaine, nous attendions plus d'ouverture d'esprit.

Ce procès n'est pas au nom de l'islam


Certains prétendent défendre le Prophète de l'islam en faisant condamner Charlie Hebdo. C'est là une belle illusion. Ceux qui ont étudié la vie du Prophète en parlent toujours humblement. Victor Hugo et bien d'autres nous l'ont déjà prouvé. Et les Salman Rushdie, Oriana Fallaci, Jyllands Posten ou Charlie Hebdo ne sont pas les premiers à se torcher sur le Prophète. C'est le propre des grands hommes de susciter le mépris de certains esprits. Et nous savons que face à ses détracteurs, le Prophète s'est toujours montré patient et indulgent. Une attitude qui passait pour faiblesse aux yeux des certains de ses compagnons aguerris à la rudesse du désert. « Il y a des gestes qui ne sont pas dignes de nous autres Prophètes » fut parfois sa réponse.

Il ne s'agit donc pas du procès d'un journal en langue française, contre une religion mondiale et universelle. Ce procès pose clairement un débat de citoyens. Le Conseil français du culte musulman (CFCM) est une institution mal née en raison de la médiocrité du leadership musulman en France. Si le CFCM avait été à l'image des musulmans de France, il n'y aurait pas que des organisations musulmanes pour porter plainte contre Charlie Hebdo. Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) l'a envisagé avant de se rétracter. Ce n'est donc pas au nom du Prophète que le Cheikh Dalil Boubakeur porte cette affaire devant les juges. Mais au nom des valeurs de la République qui réfutent toute incitation discriminatoire sur la base de l'appartenance religieuse.

C'est pourquoi notre inquiétude est réelle devant le soutien apporté à Charlie Hebdo par Nicolas Sakozy. Ce soutien est inquiétant car M. Sakozy est ministre de la République en fonction et qu'il est en charge du culte. Sa neutralité dans un procès qui concerne un conseil national du culte serait la moindre des choses. Mais l'on nous réplique que le Ministre en fonction est aussi Chef de parti en campagne présidentielle. Et que si les oiseaux pouvaient voter, Sarkozy apprendrait à voler pourvu que la campagne se fasse.

Dans ce cas, Philippe Val et Charlie Hebdo peuvent-ils nous parler de valeurs et se gausser d'intégrité dans leur respect de la liberté d'expression ? Comment peuvent-ils aujourd'hui fièrement s'afficher avec le soutien de M. Sarkozy quand nous savons les conditions dans lesquelles les éditions First ont dû surseoir à la publication d'une biographie du couple Sarkozy ? Peut-on à la fois brandir le soutien d'un ministre qui passe pour un censeur et se poser en défenseur de « la liberté d'expression »? De toute évidence, Philippe Val et Charlie Hebdo nous prennent vraiment pour des cons.