Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

« Cet islam sans gêne » : la détestable Une racoleuse du Point

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 31 Octobre 2012



Une du Point du 31 octobre 2012
Une du Point du 31 octobre 2012
Le Point n’en est pas à son premier coup d’essai. Après la parution d'un numéro dédié au « spectre islamiste » au Maghreb en février 2011, l’hebdomadaire a décidé, cette semaine, de faire paraître une nouvelle Une racoleuse sur l’islam.

Avec pour titre « Cet islam sans gêne », le nouveau numéro, dont la couverture présente une femme intégralement voilée (niqab) face à une gendarme, veut offrir une « enquête sur les exigences religieuses qui bousculent la laïcité » dans les hôpitaux, les cantines, les piscines ou encore dans les programmes scolaires.

Pour Le Point, il importe peu que cette photo ait été prise lors d’une manifestation qui a rassemblé moins de dix personnes à Lille, le 24 septembre, dernier contre le film anti-islam, comme le fait savoir le site Arrêt sur Images. « Moins d'une dizaine de personnes, disséminées parmi des policiers pour illustrer l'"islam sans gêne" ? "Le Point" a osé », rétorque le site.

« Cet islam sans gêne » : la détestable Une racoleuse du Point

Humour contre mesquinerie

Dès la parution du numéro controversé, de nombreuses versions revisitées de sa Une ont été relayées dans les réseaux sociaux.

Invité à réagir la veille au Grand Journal de Canal+ sur le choix éditorial de l'hebdomadaire, Manuel Valls a assuré qu'il n'en était pas choqué et qu'il « exprime une réalité ». « Il y a dans l'islam une volonté, sans doute minoritaire, d'imposer un certain nombre de ces thèmes. Il y a un islamisme radical lié au salafisme (...). Il faut lutter contre ces phénomènes, la meilleure réponse, c'est la nation, la République », s’est expliqué le ministre de l'Intérieur.

Définitivement, c’est bien Le Point et son directeur Franz-Olivier Giesbert qui sont sans gêne. Le traitement médiatique de l’islam ainsi fait, qui sous-tend l'idée que cette religion puisse être « une menace » pour la République, est pernicieux mais permet au magazine de s’offrir un bon coup de pub pour mieux vendre ses numéros.

Lire aussi :
Les Français islamophobes ? Le sondage qui fait mal
Charlie Hebdo a faim
Caricatures : Charlie Hebdo surfe sur la vague de la provoc islamophobe





Loading