Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Sur le vif

Ce que l'on sait de l'attaque perpétrée à la préfecture de police de Paris

Rédigé par Saphirnews | Jeudi 3 Octobre 2019



Ce que l'on sait de l'attaque perpétrée à la préfecture de police de Paris
Une attaque au couteau a été perpétrée, jeudi 3 octobre en début d'après-midi, à la préfecture de police de Paris. Le bilan humain est lourd : quatre personnes, tous policiers, ont été tuées.

L'assaillant a été abattu, établissant ainsi le bilan à cinq morts. Selon les premiers éléments, l'individu travaillait à la Direction du renseignement de la préfecture, en tant qu'informaticien. Ses motivations sont encore inconnues à ce stade mais la piste à l'étude, pour l'heure, est celle du conflit interne selon BFM TV,* qui précise que l'agresseur était sourd et muet.

Le Premier ministre Édouard Philippe, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d'État Laurent Nuñez se sont rendus sur les lieux, rejoints ensuite par Emmanuel Macron, venu pour « témoigner son soutien et sa solidarité à l'ensemble des personnels ». Le secteur, l'île de la Cité, dans le 4e arrondissement de Paris, a été fermé au public.

De nombreuses réactions ont émergé dès l'annonce de cette attaque. « En mon nom et celui des Parisiens, mes premières pensées vont aux familles des victimes et à leurs proches », a ainsi écrit la maire de Paris Anne Hidalgo sur Twitter.

Selon Christophe Castaner, l’homme âgé de 45 ans « n'avait jamais présenté de difficultés comportementales ». « J'ai ouvert immédiatement une enquête qui a été confiée à la brigade criminelle de la Direction régionale de la police judiciaire, des chefs d'"homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique" et "tentative d'homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique" », a fait savoir le procureur de la République de Paris Rémy Heitz.

*Mise à jour vendredi 4 octobre : La femme de l'assaillant a déclaré, lors de sa garde à vue, qu'il a eu « une crise de démence » la nuit précédant le drame. Selon France Info, elle a aussi affirmé que son mari, malentendant comme elle, avait le sentiment de ne pas être reconnu par sa hiérarchie à sa juste valeur et n'avait pas eu, selon lui, la progression qu'il méritait.

Plusieurs éléments ont, cependant, fait basculer l'enquête. La piste d'une possible radicalisation après sa conversion à l'islam (en 2008 selon BFM et non depuis 18 mois comme il a été initialement évoqué) est privilégiée.

Bien que les motivations de l'agent restent encore floues, le parquet national antiterroriste s'est saisi de l'enquête, sous les chefs d'« assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste » et
« tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle ».