Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Points de vue

Avec la crise du Covid-19, sale temps pour les mariages!

Rédigé par Nacira Limama | Mardi 12 Mai 2020 à 18:00

           


Avec la crise du Covid-19, sale temps pour les mariages!
Jadis considéré comme une affaire de famille, confier l’organisation de son mariage oriental* à un wedding planner n’est pas totalement entré dans les mœurs des couples de culture arabo-musulmane en France. Les mamans, les tantes, les sœurs, les cousines… tout le monde met la main à la pâte et participe aux préparatifs. Les rituels et la tradition toujours très présents les empêchent encore de déléguer les différentes tâches à un professionnel.

C’est peut-être là, la réponse aux grands maux que supportent pendant cette période de crise sanitaire un grand nombre de familles dont les mariages ont été annulés à la dernière minute, pour se mettre en conformité avec les mesures gouvernementales. Entre détresse, superstitions, dépenses colossales en suspens et incompréhensions, nombreux se demandent s’ils vont finir par se dire « Oui » en 2020 !

Quelle utilité à faire appel aux services d'un wedding planner ?

L’idée reçue selon laquelle faire appel à un wedding planner soit réservée aux familles riches ou aux couples de culture occidentale a certainement sa part d’explication. La distinction entre la wedding planner et la negafa ou ziana est aussi très floue, faisant peser le doute quant à l’utilité de cette première. Il s’agit pourtant de deux métiers bien distincts.

Faire appel à une wedding planner, c’est pouvoir compter sur les services d’un expert du mariage référencé pour accompagner les couples et leurs familles dans l’organisation qualitative et sécurisée de leur mariage.

Outre l’obligation d’être légalement constituée, elle dispose d’une assurance responsabilité civile professionnelle. L’un de ses rôles est de vérifier la situation juridique et administrative des prestataires qui interviendront pour la réussite du mariage. Elle a aussi un devoir de conseil et doit s’engager à fournir une information objective aux futurs mariés sur la qualité des services proposés et le déroulement de la transaction.

Le mariage doit impérativement rester un moment de joie et de partage

En cette période inédite, pouvoir compter sur un professionnel pour trouver une solution à moindre coût et s’unir malgré tout ne devrait pas être un luxe ! Avoir un organisateur pour son mariage, c’est se reposer sur une équipe expérimentée qui entretient de bonnes relations avec ses prestataires, ce qui est très utile, en ce moment, pour vous aider à faire face aux nombreux changements générés par des contraintes extérieures.

C’est enfin indiquer aux couples comment procéder en fonction des situations pour que leur mariage reste un événement heureux et que le grand J soit parfait, même s'il faut pour cela changer la date.

Aujourd’hui plus que jamais, l’empathie, la solidarité et le bon sens sont au rendez-vous pour trouver des solutions satisfaisantes pour les futurs mariés et pour les professionnels. Le mariage est un moment de joie et de partage et il doit impérativement le rester.

Le Covid-19 nous aura rappelé qu’il n’y a pas de saison idéale pour se marier

Aujourd’hui, à l’ère du digital et de la grande influence des réseaux sociaux sur nos mentalités, les profils changent. Les familles sont dispatchées aux quatre coins du monde et les couples souhaitent que leur cérémonie leur ressemble. Les futurs mariés réclament leur approbation aux parents qui ne sont plus totalement libres de tous les choix. La personnalisation de son plus beau jour est dans les esprits de tous les futurs mariés. Ces derniers veulent profiter de leur un mariage au reflet de leurs identités plurielles : entre modernité et tradition, entre ici et le bled, entre le chaabi et la RnB.

De ce fait, les prestataires sur le marché se multiplient et leurs propositions varient car le secteur est devenu un vrai métier nécessaire.

Les besoins des familles sont aussi différents. Leur premier besoin bien avant celui du budget est la recherche d’offres originales. Elles recherchent de nouvelles idées pour organiser le mariage qui marquera pour toujours leur vie.

Nous savons la place sacrée qu’occupe le mariage dans la culture arabo-musulmane. Le besoin de fêter et immortaliser les moments précieux est palpable. A défaut de pouvoir se marier au printemps 2020, beaucoup devront se résigner à reporter leur célébration en automne, en semaine ou hors saison.

Si, à compter du 11 mai, date du déconfinement progressif en France, certains futurs mariés décident de s'unir en toute intimité et en privé avec moins de 10 invités, la plupart préfèrent décaler leur date de mariage.

Finalement, la crise du Covid-19 nous aura rappelé qu’il n’y a pas de saison idéale pour se marier. Chaque saison illustre la force et la beauté de la nature. Ce printemps et cet été 2020 ne connaitront pas les mariages tels qu'on les avaient prévus. Malgré tout, l’Amour triomphe de tout !

* Le marché du mariage pèse 3 milliards d’euros en France. D’après les statistiques, de l’Institut national des études démographiques (INED), on comptait plus de 45 000 mariages franco-maghrébins sur le territoire national en 2018. Les familles arabo-musulmanes consacraient alors en moyenne entre 13 000 et 17 000 € par mariage et rassemblaient en moyenne 250 convives.

*****
Nacira Limama est consultante événementiel et wedding planner.s[