Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Attention danger, v’là des basketteuses voilées du Mans

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 18 Octobre 2013



Au Mans, dans le quartier de Ronceray-Glonnières, quelques basketteuses musulmanes ont choisi de jouer voilées. En plus de se couvrir la tête, ces sportives portent un legging sous leur short ainsi qu’un tee-shirt à manche longue sous leur maillot. Une intégration qui s'est faite absolument sans heurt dans l'équipe dont tous les membres ne portent pas le voile.

Leur choix a été respecté, pas de quoi faire toute une polémique sur la tenue de ces joueuses amateures... sauf pour Le Point qui approuve sans mal, dans un article signe Marc Fayad, l'interdiction du voile par la Fédération Internationale du Basket (FIBA), estimant qu'elle répond à des règles de sécurité.

« Si on y réfléchit bien, au-delà des conditions hygiéniques déplorables que cela peut causer, le voile représente un risque majeur pour la sécurité de ces jeunes filles », avance le journaliste. « Elles peuvent s'étrangler avec le foulard et courir le risque d'être involontairement étranglées par une adversaire. Et si certains évoquent le bandana, celui-ci peut tomber et provoquer une torsion de la cheville à une joueuse qui court dessus. Ces dangers potentiels, qu'ils soient minimes ou pas, sont réels », poursuit Le Point.

Si le journal se positionne contre le port du voile dans le basket, c’est donc pour protéger les joueuses d'un accessoire connu pour ses « dangers potentiels ». Dans un droit de réponse publié sous l’article du Point, Nolwenn Bahn, joueuse et secrétaire du club de basket tient à remettre les choses au clair. « Nous sommes en tout à peu près 25 filles, seulement 4 portent un chèche sur leurs cheveux, ce qui est loin des propos d'"équipe voilée et musulmane" ou de "joueuses voilées" », explique-t-elle.

« Nous ne parlons pas entre nous de religion mais uniquement de basket. C'est une équipe cosmopolite composée de plusieurs jeunes femmes/filles d'origines ethniques, religieuses différentes. Chrétiennes et/ou musulmanes jouent ensemble, et ce n'est absolument pas là notre raison de jouer », poursuit la jeune femme.

« Nous ne sommes en aucun cas un club communautaire ou exclusivement musulman. Chrétienne, juive, musulmane, athée, chaque jeune fille de ce quartier est libre de venir s'inscrire, et chacune est reçue comme une personne à part entière », ajoute-t-elle, avant de conclure que le club a « seulement respecté l'envie de certaines (quatre, soit une minorité) de jouer avec un chèche sur leurs cheveux ».

Cette équipe incarne une belle mixité que malheureusement certains voudraient voir briser par « neutralité ».

Lire aussi :
Port du voile dans le foot : la décision de la FIFA fait grincer des dents
Jeux Olympiques : les athlètes musulmanes sur le devant de la scène
Football : la FIFA gênée par la tenue voilée des Iraniennes
JO : athlètes et voilées
Football : un facteur d'intégration pour les musulmanes
JO : la judokate voilée éliminée
Le maire du Raincy veut interdire une salle de sport réservée aux femmes