Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Allocution du Président de l'UOIF devant le ministre de l'Intérieur

Rédigé par Breze Lhaj thami | Mercredi 23 Avril 2003

Monsieur le Ministre,

Ce soir la direction de l'UOIF, et les musulmans de France, qui sont venus par dizaines de milliers à cette vingtième Rencontre annuelle de l'UOIF, nous recevons aujourd’hui un ami, avant de recevoir le ministre de l'intérieur que vous êtes. Un ami que nous avons découvert, et qui nous a découvert en quelques mois. Un ami envers lequel nous exprimons notre reconnaissance et notre sympathie pour tous les efforts qu'il a déployé pour permettre la réussite du processus de la mise en place du Conseil Français du Culte Musulman. Votre engagement dans ce processus a été exemplaire.



Le Bourget, 19 Avril 2003

Monsieur le Ministre,

Ce soir la direction de l'UOIF, et les musulmans de France, qui sont venus par dizaines de milliers à cette vingtième Rencontre annuelle de l'UOIF, nous recevons aujourd’hui un ami, avant de recevoir le ministre de l'intérieur que vous êtes. Un ami que nous avons découvert, et qui nous a découvert en quelques mois. Un ami envers lequel nous exprimons notre reconnaissance et notre sympathie pour tous les efforts qu'il a déployé pour permettre la réussite du processus de la mise en place du Conseil Français du Culte Musulman. Votre engagement dans ce processus a été exemplaire. Vous avez toujours été soucieux du respect de vos interlocuteurs musulmans, même si la tâche, reconnaissons le n'a pas été facile. Avoir choisi l'UOIF comme interlocuteur, nous savons que ce choix a été courageux de votre part mais nous sommes convaincu qu'il est le bon choix. Vous n'avez pas cédé à la campagne de stigmatisation et de diabolisation contre l'UOIF et nous vous disons que vous ne le regretterez pas. L'histoire montrera que votre choix a été bon. Le choix de reconnaître l'UOIF comme composante incontournable de l'Islam de France et le choix de la reconnaissance de l'islam citoyen, qui trouve sa légitimité dans son indépendance, son authenticité, son ouverture et sa proximité avec l'ensemble des musulmans au-delà de leurs origines ou de leur obédiences.

Monsieur le Ministre,

Depuis sa création, l'UOIF n'a cessé de s'agrandir. Elle a acquis une image controversée, les uns la considère comme une organisation organisée, mobilisatrice, incarnant un islam authentique, citoyen, et adapté au contexte occidental. D'autres la considèrent comme puissante, hégémonique, ayant des liens idéologiques et financiers avec l'étranger, qui défend une pratique rigoureuse de l'islam (fondamentaliste).

Durant les vingt années d'existence, d'action, d'adaptation, d'amélioration et de performance, l'identité de l'UOIF s'est forgée et a fait école à travers sa compréhension, sa lecture et sa pratique de l'Islam, mais aussi à travers ses positions et son discours. L' UOIF opte pour une lecture du texte sacré à la lumière des finalités du message de l'islam.

Cette lecture intègre le message de l'islam dans sa dimension universelle, ne néglige pas les particularités de la société et reconnaît l'autre, quelles que soient ses convictions religieuses ou idéologiques. Notre lecture n'est pas littéraliste, elle reconnaît la diversité et nous exhorte à œuvrer pour l'intérêt de la société Nous croyons que les sources et les fondements des enseignements religieux islamiques sont le Coran et la Sunna. Ce sont les seuls qui s'imposent aux musulmans pour comprendre la religion. Cette posture référentielle nous permet d'avoir un regard critique sur certaines interprétations théologiques qui ont vu le jour à des époques différente de la nôtre.

Nous devons nous abstenir de nous imposer à nous même ce que Dieu n'a pas voulu nous imposer, et d'éviter de donner à notre époque une teinte qui ne lui est pas adaptée. Notre souci majeur est de permettre aux musulmans de France de pratiquer leur religion en harmonie avec leur environnement sans extrémisme ni prosélytisme.

L'UOIF, dans sa conception de la compréhension de l'islam et de sa pratique, épouse toutes les écoles théologiques et puise dans celles qu'elle suppose être plus adéquates à notre contexte. Cette démarche permet naturellement aux musulmans de pratiquer leur religion avec facilité et sans gêne.

Cette approche situe l'UOIF entre deux extrêmes, l'un négligant et laxiste, qui ne se réfère à rien et qui défend une lecture à la carte, vidée de toute substance. Et l'autre intransigeant, qui comprend les textes sacrés indépendamment des finalités du message de l'Islam, ne hiérarchise pas les ordres divins et prophétiques et refuse le principe de la divergence.

Pour être cohérente avec sa ligne de conduite, l'UOIF refuse de remettre en cause les fondements de la société. Elle ne s'insurge pas contre le principe de la laïcité, mais, une laïcité ouverte, tolérante qui sauvegarde les droits et qui respecte les croyances et les convictions.

Pour la mise en place du Conseil Français du Culte Musulman, l’UOIF a fait beaucoup de concessions. Si l’UOIF a accompagné ce processus et l’a finalement cautionné, malgré ces faiblesses, c’est parce que nous avons confiance en la maturité des Musulmans de France et en leur capacité de l’améliorer dans le futur. L’UOIF occupera une des vices présidences en la personne de son Secrétaire Général M. Fouad Alaoui qui a contribué de façon remarquable aux travaux de la Consultation. L’UOIF compte jouer pleinement son rôle de vice-présidence car le travail ne fait que commencer.

Tous ces éléments constituent les leviers de la personnalité et de l’identité de l’UOIF ainsi que sa particularité. Grâce à cette posture, l’UOIF bénéficie d’un respect, d’une estime, et d’une reconnaissance en France, en Europe et auprès des institutions internationales musulmanes. Encore une fois, soyez le bienvenu parmi nous,

Je vous remercie Monsieur le Ministre.