Connectez-vous S'inscrire
Rss
YouTube
Instagram
Google+
Twitter
Facebook
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité







Sur le vif

Algérie : l'histoire à peine croyable de Rachid Nekkaz, hors course des présidentielles

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 6 Mars 2014



Les candidats à l’élection présidentielle algérienne avaient jusqu’à minuit, mardi 4 mars, pour déposer leur candidature. Rachid Nekkaz, qui avait annoncé sa candidature dès juillet 2012, n’a pu l’officialiser.

Il affirme pourtant avoir recueilli bien plus que les 60 000 parrainages d’électeurs nécessaires pour se porter candidat aux présidentielles. Alors, que s’est-il passé ? Sur sa page Facebook, l'homme, qui a dernièrement renoncé à sa nationalité française, raconte sa version du déroulé des événements qui ont précédé le délai de dépôt des candidatures.

« Ce mardi 4 mars, à 12 h 41, nous avions pris rendez-vous avec le Conseil constitutionnel pour 21 h, le jour même, pour déposer le dossier de candidature » commence-t-il. « À 17 h, le Conseil me téléphone et reporte le rendez-vous pour 22 h », poursuit-il, avant d’indiquer être entré dans la cour du « Conseil avec une voiture (...) à l'intérieur de laquelle se trouvent 62 000 signatures ».

« Tous les médias présents le constatent », assure Rachid Nekkaz, racontant ensuite être monté au « 1er étage du Conseil pour vérifier le dossier de candidature et déposer aussitôt les signatures ». S’ensuivrait plus d’une heure d’attente pour le « candidat de la jeunesse et du changement ». Mais, stupéfaction, à 23 h 25, lorsque « le représentant du Conseil m'apprend qu'il n'y a pas de voiture à l'intérieur du Conseil », raconte-t-il.

Le frère mouillé dans l'histoire

« Je descends avec lui pour vérifier par moi-même. Seul un deuxième véhicule de notre comité de soutien d'Alger (...) avec 11 000 signatures supplémentaires était entré », ajoute le candidat, qui aurait alors contacté son frère qui était au volant de la voiture disparue. « Lorsqu'il décroche enfin, il a juste le temps de me dire "qu'il y a un problème" et dès lors plus de nouvelles (téléphone éteint) », poursuit-il.

Face à cette situation qu'il qualifie de « kafkaïenne et incroyable », il obtient du Conseil un report du délai à 1 h du matin. Mais le véhicule ne réapparaîtra pas avant. Ce n’est qu’à « 5 h 15 que mon frère réapparaît en peur, mais sain et sauf après une nuit chaotique », déclare le candidat, qui annonce donner les détails de ce qui s’est passé dans une conférence de presse samedi 8 mars à Alger.

A-t-il vraiment eu les 60 000 signatures ou aurait-il menti pour se donner une importance auprès des Algériens ? Rachid Nekkaz veut en tout cas donner une suite à son histoire. Jeudi 6 mars, dans une lettre adressée au président du Conseil constitutionnel et publiée sur sa page Facebook, l’homme a demandé à être qualifié « d'office en tant que candidat à la présidence de la République algérienne ».

Rachid Nekkaz ne fait pas partie des 12 candidats dont les dossiers seront examinés prochainement par le Conseil. Une désillusion de plus pour Rachid Nekkaz, qui n'a de cesse de faire régulièrement des annonces abracadabrantes pour se faire remarquer à tout prix. Après avoir tenté de briguer l’élection présidentielle française de 2007, il a déclaré avoir rendu son passeport aux autorités françaises en octobre 2013, déclarant ne plus vouloir être Français.

Lors des présidentielles suivantes, en 2012, le riche homme d’affaires, connu surtout pour payer les amendes des femmes intégralement voilées, avait été placé en garde à vue pour avoir tenter d’acheter une signature pour une candidate, afin de dénoncer le système de parrainage en vigueur en France.

En France comme en Algérie, le rocambolesque n'est jamais loin de ce personnage.

Lire aussi :
Rachid Nekkaz ne sera pas candidat
L'homme d'affaires Rachid Nekkaz en garde à vue
Rachid Nekkaz : le justicier du niqab frappe encore
La méthode Rachid Nekkaz, candidat aux présidentielles
Charlie Hebdo : l’étrange proposition de Rachid Nekkaz
Gennevilliers : un minaret nommé Nicolas Sarkozy

Et aussi :
Bouteflika à la télé : un « montage amateur » dénoncé
Algérie : Bouteflika annonce sa candidature à la télé (vidéo)





Loading