Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

A Paris, des avocats se liguent contre les stigmatisations religieuses

Rédigé par | Mardi 12 Janvier 2016



Des avocats du Barreau de Paris se liguent contre la stigmatisation des religions
Des avocats du Barreau de Paris se liguent contre la stigmatisation des religions
Un nouveau pas en faveur du dialogue interreligieux a été franchi dans le monde des avocats avec le lancement, lundi 11 janvier, de l’association « Fraternité du Barreau de Paris ».

À l’origine du projet, quatre avocats se définissant tous comme des « descendants d’Abraham » : Carbon de Seze et Philippe Lucet, chrétiens, Bernard Cahen, juif, Chems-Eddine Hafiz, musulman. Les statuts de l’association engagent les membres à « participer dans la vie civile à la lutte contre toute forme de stigmatisation ou de discrimination liées à la religion » et ce, « dans le respect du principe de laïcité ». Le collectif défendra ainsi « les intérêts et la dignité des citoyens des trois grandes religions monothéistes (…) par tous les moyens légaux (…) en vue de faire condamner toute personne physique ou morale qui y porterait atteinte. »

Par ailleurs, Chems-Eddine Hafiz, vice-président du Conseil français du culte musulman (CFCM), a pris la présidence de la Fraternité du Barreau de Paris. Il explique au site Opinion internationale que les évènements de janvier 2015 sont à l’origine de l’association : « (c’est là) que m’est venue l’idée de la Fraternité du barreau.

Les attentats du 13 novembre ont accéléré le mouvement, et nous avons signé nos statuts six jours plus tard ».
Selon Chems-Eddine Hafiz, le combat sera notamment de défendre l’islam en priorité « puisque c’est lui qui est mise en cause aujourd’hui ». Ensemble, ils veulent « œuvrer à une meilleure connaissance de la religion musulmane : elle n’est pas celle qui est en train de s’exprimer, qui donne la mort et noircit l’âme de l’humanité ».

Une première réunion d'information et d'adhésion est organisée lundi 11 janvier afin d'ouvrir l'association à « tous les avocats épris de justice et de liberté, partageant des valeurs de fraternité, et ce, quelle que soit leur croyance ou leur philosophie de vie ».

Lire aussi :
#1AnAprès : 40 points de vue pour la France de demain
Après les paroles, le dialogue islamo-chrétien en actes
Affaire Zemmour : « La stigmatisation d'une communauté ne saurait être une opinion, c'est un délit »