Connectez-vous S'inscrire






Archives

« On peut être citoyen d’un pays sans en posséder la nationalité »

Entretien avec Abderrahim Rezigat

Rédigé par Propos recueillis par la rédaction | Vendredi 23 Mars 2007

Président de l’agence de promotion des cultures et du voyage, organisateur du forum « de l’immigration à la citoyenneté française », qui s’est tenu vendredi 16 mars au Conseil régional d’Ile-de-France, Abderrahim Rezigat nous raconte ce qui motive, depuis treize ans, ses actions en faveur de la diversité et contre les discriminations.



« On peut être citoyen d’un pays sans en posséder la nationalité »

Saphirnews.com : Pourquoi avez-vous organiser ce forum ?

Abderrahim Rezigat : Cette journée est le prolongement de tout le travail que l’APCV mène depuis 1994, avec des forums, des colloques à l’assemblée nationale, sur le thème les franco-maghrébins et la république, et sur l’apport de cette composante à la société française. Un livre va sortir sur ce sujet, qui s’intitule « les franco-maghrébins et la république ».

Quelles idées défendez-vous ?

A.R : L’idée que la citoyenneté française est constitué de l’apport de chacun. Nous avons beaucoup travaillé sur la question des étrangers et de la participation des anciens combattants à la libération de la France, mais aussi à l’apport des immigrés maghrébins à la richesse nationale.

Pour vous, être français aujourd’hui, qu’est-ce que cela signifie ?

A.R : C’est tenir compte des mémoires et des histoires de ces populations qui compose la France, et ces populations viennent de partout. Elles sont polonaises, italiennes, yougoslaves et maghrébines. La France, c’est tout cela !

La France multiculturelle que vous défendez ne rentre t’elle pas en opposition avec le dogme républicain qui définit la France, non pas comme une somme de différence, mais comme une unité de citoyens sans distinction ?

AR : Non, nous sommes en symbiose avec les valeurs républicaines. Le travail que nous menons est de dire que les cultures ne doivent pas se juxtaposer mais s’harmoniser entre elles et s’accepter dans leur diversité. C’est tout l’enjeu du vivre ensemble.

Votre forum s’intitule « de l’immigration à la citoyenneté française ». Ne pensez-vous pas que mélanger la question du droits des étrangers et la question de la diversité et des discrimination, pour des français parfois de la troisième gé

Le problème n’est pas là. Le problème est qu’il y a des millions de personnes qui ont participé à la construction de la France. Prenons mon exemple. Je suis venu en France en 1948. J’ai travaillé dans le bâtiment, dans les mines, dans la vie associative et syndicale, je suis donc un citoyen sans pour autant prendre ma nationalité. Moi je ne mélange pas la nationalité et la citoyenneté. On peut être citoyen d’un pays sans en posséder la nationalité. Il y a des personnes qui ont la nationalité française et qui ne mènent aucune action citoyenne. Beaucoup d’étrangers paient des impôts, participent à la vie citoyenne et associative de leur ville, il n’y a donc pas de raison, qu’ils n’aient pas le droit de vote. Sinon, on met en marge toute ces personnes de la vie municipale.





Loading