Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram

SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 
Rassemblement en soutien aux Rohingyas à Paris
Infos pratiques
le Lundi 11 Septembre 2017, 16:00 - 18:00
78 Rue de Courcelles
75008 Paris
Description
Mobilisons-nous à côté de l'ambassade de Birmanie afin de réclamer la cessation des violences de la part de l'armée birmane à l'encontre des Rohingyas.

Depuis le 25 août, c'est au moins 270 000 Rohingyas qui se sont réfugiés au Bangladesh. Nous pouvons parler a minima de 400 morts. Mais ces sources émanant des forces birmanes, nous sommes amenés à penser que ce chiffre est bien plus élevé.

VENEZ NOUS REJOINDRE, SOYONS NOMBREUX !

--

Apatrides, privés de leurs droits élémentaires, visés par des campagnes haineuses et subissant la répression de l’État, cette minorité musulmane est, selon l’ONU, l’une des plus persécutées au monde. Les discriminations sont incessantes pour les Rohingya qui seraient environ 1 million à vivre dans l’État d’Arakan. Les différents épisodes de violences, qui sont de plus en plus fréquents, poussent des milliers de Rohingya à se réfugier au Bangladesh, ou ils seraient aujourd’hui plus de 500 000.

Le 25 août dernier, des individus suspectés d’être lié au groupe insurrectionnel ARSA (Arakan Salvation Rohingya Army) ont mené des attaques simultanées de postes de contrôle, postes de police et d’une base des forces gouvernementales armées. Ces événements, que nous condamnons, ont entraîné une réponse terriblement violente de la part de l’armée birmane. Le bilan est alarmant. Les chiffres officiels sont de 400 morts, mais ces données émanant de l’armée et datant de plusieurs jours, nous pouvons plausiblement estimer qu’il est en réalité bien plus élevé.

L’analyse faite par Human Right Watch d’images satellites laisse croire que des incendies intentionnels ont été perpétrés dans au moins 17 localisations dans l’Etat d’Arakan entre le 25 et le 30 août. Des témoignages recueillis par des observateurs de la situation font état d’abus similaires à ceux perpétrés après Octobre 2016, notamment exécutions extra-judiciaires, viols, des incendies intentionnels, des arrestations de masse ou encore des destructions de propriétés et de commerces.

Le Bangladesh s’est également montré très inquiet en raison de signalements rapportant que les militaires posaient des mines anti-personnelles le long des frontières. Fuyant les exactions de l’armée, ce sont selon l’ONU plus de 146 000 Rohingyas qui ont traversé la frontière pour se réfugier au Bangladesh en seulement 13 jours. À cela s’ajoute des milliers de déplacés internes, et ceux qui sont bloqués à la frontière. Les restrictions imposées par les autorités birmanes dans le nord de l’État d’Arakan empêchent les organisations humanitaires d’assurer les services vitaux aux populations civiles déjà particulièrement vulnérables.

Burmese Rohingya Association in France
Info Birmanie, http://www.info-birmanie.org/
Collectif HAMEB, http://www.collectif-hameb.fr/
Les annonces