Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Voile à la plage : Morano comprise par Julien Dray et Robert Ménard

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 22 Août 2014



Après Harlem Désir, c’est au tour de Julien Dray et de Robert Ménard de « comprendre » l’indignation de Nadine Morano par la présence d’une femme voilée assise sur la plage pendant que son mari se baignait.

Si la sortie d’Harlem Désir a majoritairement suscité l’indignation à gauche, ce n'est pas le cas de son ancien acolyte de SOS racisme et ancien député socialiste, Julien Dray. Il a estimé, mardi 19 août, que le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes avait réagi « par rapport à un principe », et qu’il avait fait preuve de « cohérence ». « C'est la cohérence de l'ancien président de SOS Racisme, qui a connu le débat sur le voile », précise l’ancien élu socialiste.

« On ne réagit pas par rapport à Nadine Morano. On réagit par rapport au principe de laïcité et à celui de la lutte contre l'oppression des femmes, dont Harlem Désir a rappelé des principes fondamentaux », a-t-il encore commenté.

Préserver des « traditions » pour Ménard

De son côté, Robert Ménard, le maire de Béziers élu avec le soutien du Front national, invité à commenter les propos de Nadine Morano, a fait savoir, mercredi 20 août, que voir des femmes voilées dans sa ville le « choque ». « Si vous voulez me demandez si ça me choque de voir dans ma ville le soir autant de femmes – pas complètement couvertes, seulement voilées – je vous dirais oui. Parce que je n’ai pas envie de ça, je suis attaché à ce qu’est mon pays », ajoutant qu’il est attaché « à ce que sont les traditions de (son) pays ».

Il a bien critiqué Nadine Morano, mais parce que, selon lui, l’UMP est responsable de « la continuation de l'immigration aussi massive ». Mais il n’envisage pas de prendre des mesures contre le port du voile dans sa ville. « En même temps, ces gens-là ils sont Français pour la plupart, ils ont le droit de s’habiller comme ils le veulent. Je ne me vois pas envoyer la police, je ne suis pas fou furieux », a-t-il précisé.

Le maire soutenu par le FN a cependant multiplié les arrêtés controversés depuis son élection en mars dernier. La Ligue des droits de l’homme (LDH) a lancé un recours judiciaire contre trois d’entre eux : l’interdiction aux mineurs de moins de 13 ans non accompagnés d’un majeur de circuler la nuit, la réservation des places de garde périscolaire aux enfants dont les parents travaillent, et la suppression des aides sociales de la mairie aux personnes qui déserteraient une convocation à un rappel à l’ordre.

Les déclarations de Julien Dray et de Robert Ménard viennent ainsi soutenir la vision d'une laïcité « culturelle » qui vise spécifiquement l'islam. Force est de rappeler que celle-ci, allant bien au-delà de ce que la législation dit de la laïcité, est porteuse de discriminations,.

Lire aussi :
Islamophobie : le maire de Wissous récidive, la justice le condamne
Harlem Désir conforte la réaction anti-voile de Nadine Morano
Nadine Morano exprime son mépris absolu des femmes voilées en France
La « gauche », la « laïcité » et les discriminations
Béziers : les musulmans dénoncent le danger Ménard