Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Un ado agressé à la mosquée pour avoir teint ses cheveux

Rédigé par Lina Farelli | Jeudi 8 Mars 2018



Un ado agressé à la mosquée pour avoir teint ses cheveux
Le tribunal correctionnel de Pontoise doit juger, jeudi 8 mars, un responsable d'enseignement intervenant à la mosquée de Sarcelles ainsi trois animateurs de la ville pour violences aggravées sur un mineur qui avait... teint ses cheveux en blond.

Les faits se sont produits dans la soirée du 27 avril 2017. Un jeune adolescent de 12 ans, qui suit régulièrement un cours d’arabe à la mosquée, arrive avec des cheveux teints en blond. Le responsable présent alors n’a pas manqué de dire qu'il apprécie pas ce changement et explique à la classe qu’une punition doit être infligée car la teinture est interdite par la religion.

Armé d’une tondeuse, il rase alors une partie des cheveux de l’enfant devant la classe en faisant un passage. C’est d'ailleurs le premier chef d’inculpation auquel ce responsable devra répondre. Pour se venger, l'adolescent, accompagné de quelques amis, lance le soir même des œufs sur la boîte aux lettres de celui-ci.

Le lendemain, l’enfant est convoqué pour nettoyer. Il s'exécute mais c'est en rangeant les outils utilisés dans un local à proximité de la mosquée qu'il se retrouve face au directeur accompagné d’une quinzaine d’individus. Il est ensuite isolé dans une pièce avec trois d'entre eux qui lui ruent de coups pendant environ deux heures.

Des faits reconnus par les accusés

Questionné sur les événements, le jeune raconte les coups qu’il a reçus avec précision en expliquant qu’à un moment, ses agresseurs, qui se trouvent être des animateurs de la ville, ont fait une pause pour lui donner de l’eau et un mouchoir pour essuyer le sang coulant de sa bouche et de son nez.

Au cours de la procédure, le directeur a reconnu les faits. N’ayant pas participé directement aux violences physiques, il est tenu comme complice car il est accusé d'avoir effectué des visites régulières dans la salle où l’enfant a été tabassé. Dans sa déposition, il décrit, selon Le Parisien, son attitude comme « disproportionnée » en justifiant ses actes par le fait que la coiffure du garçon représenterait « un premier pas dans la délinquance ». L’un des animateurs a plaidé coupable de coups et blessures volontaires et assume avoir agi seul.

Mise à jour : Le chargé de cours à la mosquée a été condamné à un an de prison, dont quatre mois avec sursis. Les trois animateurs ont aussi été condamnés à des peines allant de six à huit mois de prison dont quatre avec sursis, rapporte l'AFP. Leur peine pouvant être aménagées, ils sont ressortis libres du tribunal mais les condamnations ont été assorties de l'interdiction d'exercer une activité en lien avec des mineurs.

Le beau-père de l'adolescent est poursuivi pour non-assistance à personne en danger pour avoir donné l'autorisation à l'enseignant de lui fournir une « correction » mais ne s'est pas présenté au tribunal. Il est aussi poursuivi, dans le cadre d'une autre procédure, sur des faits de violence régulières contre son beau-fils.

Lire aussi :
USA : une mosquée paye l’amende d'un jeune condamné pour avoir vandalisé le lieu de culte