Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Tunisie : l'agression de l’imam Chalghoumi déjà contestée

Rédigé par La Rédaction | Lundi 2 Septembre 2013



Hassen Chalghoumi a assuré avoir été victime d’une agression, dimanche 1er septembre, lors de son séjour à Gammarth, dans la banlieue de Tunis. Mais la version a rapidement été contestée par Me Pascal Garbarini, l'avocat de la personne détenue par la police tunisienne pour cette agression présumée.

Interrogé par Le Monde, l’avocat a dénoncé « l'attitude irresponsable » de Hassen Chalghoumi qui cherche à « instrumentaliser une situation ». Il assure que son client prénommé Karim, un étudiant français de 24 ans sans antécédents judiciaires et résidant à Genève, n'a pas agressé Hassen Chalghoumi.

La version des faits de l’étudiant est tout autre que celle délivrée par l’imam : « Il a croisé l'imam dans le hall de l'hôtel, où il est actuellement en vacances, raconte-t-il. Il l'a reconnu et lui a dit : "Cher monsieur, je ne partage pas du tout vos idées. Est-ce que vous voudriez que nous en parlions ?", ajoutant : "Si vous êtes aussi intelligent que ça, vous n'êtes pas le bienvenu ici'." L'imam s'est levé et a eu un geste pour pousser mon client », poursuit Me Pascal Garbarini. « Celui-ci, qui pratique des arts martiaux, l'a bloqué et l'a mis à terre. Il n'y a eu aucun coup. »

L'imam Chalghoumi aurait-il menti pour faire parler de lui ? La vérité sur cette affaire n'a pas encore été pleinement établie, les deux parties n'ayant pas encore confronté leur version des faits. Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, a cependant témoigné de son soutien sans faille à Hassen Chalghoumi dans un billet publié sur son blog lundi 2 septembre dénonçant une « agression honteuse » contre l’imam et sa famille.

« Je leur témoigne ma solidarité et ma sympathie. Je condamne avec la plus grande fermeté la violence de ceux qui donnent à voir une image dégradée, et pour autant marginale, de la Tunisie et de l’Islam », a écrit M. Bartolone.

Pour sa part, Hassen Chalghoumi ne cède rien et a confirmé sa version des faits auprès de divers organes de presse, imputant la responsabilité de son agression présumée au ministère tunisien de l'Intérieur qui aurait interdit à ses gardes du corps d’entrer en Tunisie sans qu'il ne lui fournisse une protection. Affaire à suivre.

Lire aussi :
Tunisie : l'imam Chalghoumi dénonce son agression
Ramadan 2013 : un ambassadeur d’Israël, star de l’iftar de l’imam Chalghoumi
Saphirnews, un « site de haine antisémite » selon Chalghoumi
Vu sur le Web : un Harlem Shake contre l’imam Chalghoumi
Chalghoumi, agacé par une vidéo, porte plainte pour diffamation
Farid Hannache balance sur l’imam Chalghoumi, un pro-Sarkozy qui Valls





Loading