Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Se marier pour se réaliser : la vocation de l’union en islam

Rédigé par Seyfeddine Ben Mansour | Jeudi 31 Janvier 2013



Se marier pour se réaliser : la vocation de l’union en islam
Entre 340 000 et 800 000 personnes ont défilé à Paris, le 13 janvier dernier, contre le projet gouvernemental de « mariage pour tous ». Parmi les manifestants, des militants et des élus de l'UMP, mais surtout une majorité de catholiques pour lesquels ce projet constitue, entre autres, une atteinte au sacrement du mariage. Si les musulmans de France sont également, dans leur grande majorité, opposés au projet, ce n’est pas en vertu d’une dimension formelle, sacramentelle du mariage, qui n’existe pas en islam, mais en vertu des dimensions à la fois sociale et individuelle que Dieu lui a assignées.

Le nikâh (mariage), s’il doit assurer la stabilité de la structure sociale, de la société, dont il est la plus petite cellule, mais aussi son harmonie, doit également, par ailleurs, permettre à l’individu de s’épanouir en tant que tel et de réaliser ainsi son humanité dans la différence.

De là, un certain nombre de conséquences qui distinguent très nettement l’islam du christianisme, notamment catholique : la dénonciation de la chasteté et du célibat, la possibilité du divorce et la valorisation du plaisir ici-bas comme dans l’Au-delà. « Mariez les célibataires [vivant] parmi vous ! », enjoint le Coran (XXIV, 32), et ce, quels que soient leur âge et leur statut : un fils pieux veillera ainsi à ce que son père veuf puisse se remarier. Ce devoir n’est pas moins important que celui qui incombe aux enfants devenus adultes de prendre en charge leurs parents.

Car l’amour profond, sincère et le désir sexuel qui l’accompagne sont appréhendés par l’islam comme constitutifs de la vie ici-bas. La réciprocité qu’ils impliquent contribue à renforcer le tissu social, somme des foyers aimants, réalisant, à un autre niveau, l’harmonie cosmique : « Quand un homme regarde son épouse, disait le Prophète, et qu’elle le regarde, Dieu pose sur eux un regard de miséricorde. Quand l’époux prend la main de l’épouse et qu’elle lui prend la main, leurs péchés s’en vont par l’interstice de leurs doigts. Quand il cohabite avec elle, les anges les entourent de la terre au zénith. La volupté et le désir ont la beauté des montagnes », cite ainsi le juriste Qanawi dans son Commentaire d’Ibn al-Wardi.

Aimer l’autre pour se découvrir soi

Ce plaisir est également un devoir : « La dévotion [comme la pratique de prières surérogatoires] n’exonère point des droits de la chair », prévient un adage courant chez les juristes. Il est à plus forte raison interdit de se faire châtrer ou de châtrer quiconque. Nombre de juristes parmi les plus illustres (Boukhari et Muslim, notamment) y voient un attentat aussi grave que celui contre la vie même.

Si l’islam prend acte de l’inconstance des sentiments et des désirs humains en autorisant le divorce, un hadith célèbre rappelle néanmoins que c’est là « la chose licite la plus haïssable pour Dieu ». Car l’homme seul, comme la femme seule, est un être impuissant. Seule leur rencontre dans le cadre canonique du mariage est créatrice, car fondée sur la complémentarité des sexes.

Le mariage est récupération de l’altérité, et partant, complétude et découverte de soi à travers autrui. Une découverte d’où la dimension spirituelle n’est pas absente : « Il m’a été donné d’aimer trois choses en ce bas monde : les parfums, les femmes et la prière, prunelle de mes yeux », dit un hadith.

Préméditée par la Providence divine, la rencontre de deux êtres permet la grossesse et la naissance à la vie. C’est là une prérogative divine qui permet à l’homme de dépasser la Nature et d’assumer une mission que l’islam apprend à réaliser sans culpabilité, et dans la joie de la création. Ce n’est pas autrement qu’il faut comprendre ce célèbre hadith du Prophète : « Se marier, c’est accomplir la moitié de sa religion. »