Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Sarkozy, victime d'antisémitisme pour Kouchner

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 15 Octobre 2014



Invité du grand oral des « Grandes Gueules » sur RMC, mardi 14 octobre, l'ancien ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner s'est exprimé sur la menace de l'Etat islamique (EI). Le fondateur de Médecins sans frontières (MSF) est également revenu sur l'épidémie Ebola.

L'homme a ensuite été convié à donner son avis sur des personnalités, notamment sur Nicolas Sarkozy, dont il fut ministre. Bernard Kouchner a estimé que le retour en politique de l'ancien président « fait quand même un peu réchauffé ».

Reprenant le contenu d'un de ses livres, l'animateur lui fait remarquer qu'il avait écrit que l'ancien président n'avait pas été « épargné par l'antisémitisme » et qu'il avait été « détesté aussi parce qu'il est un fils de Hongrois et un petit-fils de juif ». Une affirmation qu'il a confortée sur RMC. « Je pense que la France est raciste, oui, bien sûr », a-t-il ainsi lancé. Selon lui, l'ancien chef d'Etat « s'est bien débrouillé, il a surmonté tout ça, mais à l'origine je pense qu'il y a eu cette affaire », a poursuivi Bernard Kouchner.

L'homme de gauche a également salué le fait que Nicolas Sarkozy ait formé un gouvernement d'ouverture. « Moi, je pense qu'il faut l'unité nationale en France, que ni la droite ni la gauche seules ne feront passer les grandes réformes nécessaires. Eh bien, je pense que l'on pourrait sur un programme simple de quatre ou cinq réformes s'unir pour sauver notre pays », a-t-il clamé. Donc j'étais heureux, parce que M. Sarkozy l'avait proposé ! Il y avait six socialistes dans son gouvernement », a ajouté Bernard Kouchner.

Lire aussi :
Bernard Kouchner voit une dynamique favorable au Proche-Orient
Nicolas Sarkozy, le retour officiel à la vie politique