Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Salah Hamouri : « Espérer sa libération rapide », la réponse d’une ministre à Meyer Habib (vidéo)

Rédigé par | Jeudi 16 Novembre 2017



Salah Hamouri : « Espérer sa libération rapide », la réponse d’une ministre à Meyer Habib (vidéo)
Salah Hamouri est détenu depuis août dans les geôles israéliennes mais la mobilisation en faveur de sa libération reste encore timide en France.

Une délégation d'élus communistes et de la France insoumise ont récemment annoncé leur volonté d’aller à la rencontre du Franco-Palestinien ainsi que du leader Marwan Barghouti lors d'un voyage prévu initialement du 18 au 23 novembre. Les autorités israélienne ont cependant fait savoir, lundi 13 novembre, leur refus de permettre aux élus l'accès à son territoire.

Meyer Habib en roue libre

Meyer Habib n’a pas manqué, mercredi 15 novembre, de fustiger l’action des députés de la délégation, jusqu’à provoquer leur départ de l’hémicycle. « Quand le Quai d'Orsay a déclaré espérer la libération du franco-palestinien Salah Hamouri, j'ai eu honte », a fait savoir le député (UDI), représentant des Français d’Israël, estimant que « Salah Hamouri est un terroriste, pas un prisonnier politique ».

« Est-ce bien ce terroriste antisémite que la France espère voir libéré ? (...) L'antisionisme, c'est le nouvel antisémitisme, votre prédécesseur Manuel Valls l'avait courageusement exprimé dans cet Hémicycle et cela lui vaut la haine de tous les islamo-gauchistes qui ont quitté cet Hémicycle », a-t-il lâché.

Chargée de lui répondre, la ministre des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, a indiqué que la décision d’Israël de ne pas accueillir des députés était une « décision souveraine ». « Nous la respectons, est-ce à dire que nous l’approuvons ? Je ne le crois pas », a-t-elle déclaré, appuyant sur l’importance pour des députés « d’avoir accès à l’ensemble des interlocuteurs qu’ils veulent rencontrer pour remplir leur mission d’information ».

S’agissant de Salah Hamouri, « il a le droit pleinement, comme tous les Français emprisonnés à travers le monde, à la protection consulaire ». « Nous avons fait part de notre préoccupation face au recours extentif à la détention administrative », indique la ministre, déplorant le fait que les raisons de la détention du Franco-Palestinien demeurent à ce jour inconnues. Sans remettre en cause « la qualités des liens qui unissent la France à Israël », elle demande « le plein respect des droits » de Salah Hamouri espère « sa libération rapide ».

Lire aussi :
Salah Hamouri placé en détention pour six mois sans procès
Antisionisme = antisémitisme ? Pourquoi la faute de Macron est lourde


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur