Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 

 


Ramadan

Ramadan 2022 : le « ras-le-bol » des mosquées face à « la professionnalisation de la mendicité »

Rédigé par | Jeudi 14 Avril 2022 à 12:00

           

Des responsables de mosquées rhodaniennes dénoncent « une certaine professionnalisation de la mendicité » aux abords des lieux de culte musulmans, en particulier pendant le mois du Ramadan. Des imams sortent du bois dans l'optique d'endiguer le phénomène.



© Kristof Verslype / CC BY-SA 2.0
© Kristof Verslype / CC BY-SA 2.0
Il n’est pas rare de voir des mendiants quémander des sous aux abords des mosquées ; ils sont plus nombreux à le faire au cours du mois du Ramadan, période qui rime avec entraide, générosité et solidarité. Peut-on en vouloir à ces hommes et à ces femmes de « profiter » de ce mois pour bénéficier davantage d’aides ? Il va s’en dire que non… tant qu’ils sont véritablement dans le besoin.

Pour des responsables des lieux de culte musulmans qui font le « malheureux » constat d’une « prolifération de la mendicité à l’intérieur et/ou aux abords des mosquées », la khutba est dite : « beaucoup de mendiants qui quémandent de l’argent aux fidèles, ne sont pas dans le besoin ou dans une situation de détresse comme ils le prétendent », selon les mots du Conseil théologique des imams du Rhône (CTIR).

L’organe rattaché au Conseil des mosquées du Rhône (CMR), qui a fait paraître un texte en amont du mois du Ramadan rappelant le devoir éthique des musulmans à respecter le voisinage, s’est emparé du sujet pour dénoncer ces mendiants qui « se comportent comme de "véritables professionnels" de la mendicité et gagnent ainsi leur vie, ce qui est totalement illicite en islam ».

« Exploitant la générosité des fidèles, ils se rendent dans différentes mosquées avec les mêmes histoires et les mêmes faux récits, pour leur subtiliser leur argent », souligne le CTIR dans un texte adressé à Saphirnews fin mars. Parce que « ce type de comportement contraire aux valeurs de l’islam ne doit pas être encouragé », les imams du Rhône appellent les responsables des mosquées « à mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour empêcher ces dérives et ces agissements qui ternissent l’image de l’islam et des musulmans ».

Des mosquées « démunies » face à un phénomène difficile à endiguer

Cette prise de position est née d’un « ras-le-bol » généralisé des responsables de mosquées qui se retrouvent « démunis devant ce phénomène », confie à Saphirnews Azzedine Gaci. De par sa propre expérience personnelle, le recteur de la mosquée Othmane de Villeubanne s’est forgé la conviction que « la plupart des mendiants » opérant près des lieux de culte rhodaniens sont « des arnaqueurs ».

Pouvoir différencier les personnes qui sont réellement dans le besoin des faux mendiants qui profitent de la générosité des fidèles n’est pourtant pas chose aisée, le risque de faire des procès d’intention n’étant pas loin. Mais l’imam déclare savoir comment les débusquer à leur contact : « Dès qu’on leur propose autre chose que de l’argent comme des colis alimentaires ou des aides sous d’autres formes, ils refusent. Ils ne sont intéressés que par l’argent. »

Une fois la dérive constatée, le problème n’est pas facile à résoudre. « Ils se font oublier une, deux ou trois semaines puis ils reviennent à la charge, (…) poussant les responsables à baisser les bras » pour éviter toute confrontation, dit le porte-parole du CTIR. Par ailleurs, « il est compliqué de délimiter les abords d’une mosquée car nous sommes dans un espace public ».

« D’un point de vue religieux, il est illicite de mendier à l’intérieur de la mosquée. On arrive à faire respecter cette règle, personne ne mendie en général dans l’enceinte du lieu de culte. A l’extérieur, on peut invoquer des raisons religieuses mais aussi sécuritaires et organisationnelles car ils peuvent provoquer des problèmes auprès de fidèles et des bénévoles », déclare-t-il.

Ramadan 2022 : le « ras-le-bol » des mosquées face à « la professionnalisation de la mendicité »

Attention aux dérives… de bénévoles

Les responsables des mosquées sont donc appelés « à mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour empêcher ces dérives » sans préciser de quels moyens il est question. Ne peut-on donc pas craindre que des violences psychologiques, voire physiques soient exercées par des fidèles et des bénévoles décidant par zèle de s'investir dans la chasse à ceux qu’ils croient être de faux mendiants ?

« Je ne saurais jamais accepter qu’un fidèle se comporte de la sorte. Il faut leur rappeler que, même s’ils sont bénévoles, ils représentent les mosquées », répond-t-il. « Je n’exclus pas des dérives commises par des bénévoles, des insultes ou des mauvais comportements, mais elles peuvent être résolues rapidement » à travers, par exemple, des rappels à l’ordre ou l’exclusion de l’association.

Tout cela étant dit, « il faut rappeler qu’il existe des personnes qui sont dans le besoin et qui se tournent naturellement vers les mosquées pour y chercher une aide. Ces personnes doivent être orientées vers les cellules sociales des mosquées qui sont chargées de la distribution des aumônes aux plus démunis, après étude de leurs dossiers », fait valoir Azzedine Gaci. « Les mosquées font un effort extraordinaire pour aider les personnes dans le besoin, en particulier pendant le mois du Ramadan au cours duquel se multiplient les actions solidaires et humanitaires. »

Lire aussi :
Comment les mosquées accueillent le Ramadan après deux ans de restrictions sanitaires
Un Ramadan sans viande pour un jeûne plus sain et plus éthique ?
Ramadan 2022 : « Le respect du voisinage est une obligation religieuse »
Dix conseils pratiques pour un mois de jeûne du Ramadan réussi
Ramadan 2022 : la vigilance de mise malgré la levée de restrictions sanitaires


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur


Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Rond LEDARON le 14/04/2022 16:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ces mendicités (au sens agressives ou passives) dans les quartiers musulmans prouvent que cette communauté est généreuse, au point que beaucoup de mendiants Roms se font passer pour des musulmans. Les femmes Roms n'hésitent pas, dans un pays qui déteste le voile, à le mettre, ayant certainement pesé le pour et le contre de cette démarche. Le gain financier (mais pas que, quand on voit les dons en nourriture) doit peser dans leur décision de ressembler à des musulmanes, au risque d'une détestation accrue.

2.Posté par Romuald LAVAUD le 04/06/2022 02:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@LEBARON, commentaire incohérent. Comment être mal vu déguisé en tenue religieuse dans un "quartier musulman" ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne sont pas tolérés et seront donc supprimés. Idem pour les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article.