Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Pourquoi je ne participerai pas au nom du CCIF à la manifestation de Paris

Rédigé par Samy Debah | Dimanche 11 Janvier 2015



Pourquoi je ne participerai pas au nom du CCIF à la manifestation de Paris
L'attaque contre Charlie Hebdo a eu lieu mercredi dernier entre 11h et 12h et dès que nous avons appris la nouvelle et bien qu'on ne connaissait pas encore l'identité des criminels, nous avons appelé à prendre l'initiative d'un rassemblement. Nous devions au nom de la justice et l'humanité être les premiers à dénoncer cette attaque.

Charlie Hebdo a peut-être été le symbole de la liberté d'expression - plutôt de la lutte contre la censure - dans ses débuts. Il pourfendait les puissants gouvernements de droite conservatrice, les puissants patrons d'industrie et leur syndicat le Conseil national du patronat français (CNPF) ; l'Église, institution puissante en France et régulièrement consultée par les autorités, était leur pain béni, si vous permettez l'expression. En cela, Charlie Hebdo représentait le non conformisme des années 1970.

Mais aujourd'hui, Charlie Hebdo s'est rangé du coté des puissants qu'il combattait. Il a abdiqué et a adopté une ligne éditoriale islamophobe qui a fini de le rendre politiquement correct. Le glas avait sonné lorsque Siné, un de ses dessinateurs les plus connus, a été exclu manu militari en 2008 par Philippe Val parce qu'il s'en était pris à Jean Sarkozy, fils de son père, pour propos ..... antisémite ! L'anticonformisme, le politiquement incorrecte était définitivement rangé au placard. Il ne lui était désormais autorisé qu'à s'en prendre aux faibles musulmans. Tel un journal de grand groupe, il recherchait les sujets racoleurs, polémiques qui devaient faire vendre un hebdo aux abois.

Pour autant, le CCIF a refusé de poursuivre Charlie Hebdo, contrairement à l'ensemble des autres organisations, afin que l'hebdo ne profite pas d'un large espace médiatique qui en ferait un martyr de la liberté et de la lutte contre l’obscurantisme. La suite des événements nous a donné raison. Dans la même ligne politique et humaniste, le CCIF condamne l’assassinat des caricaturistes. Il est un principe qu'il faudra toujours défendre : on ne doit pas attenter à la vie d'un individu quoiqu'il pense et c'était l'occasion de le faire savoir en manifestant publiquement comme un témoignage face à une société pour qui ce principe ne serait pas évident chez les musulmans.

Mais ce qui devait être une manifestation d'union nationale à Paris devient peu à peu une tribune pour les idées islamophobes et la haine des musulmans. La présence de Netanyahou et de Libermann représente ce que la manifestation d'aujourd'hui est censée dénoncer. Ils sont racistes contre les Arabes, les Noirs, les musulmans mais surtout responsables de la mort de dizaines de milliers de Palestiniens. On a exclu Marine Le Pen parce qu'elle a tenu des propos controversés et la ligne politique xénophobe du FN n'est pas un secret. Pourquoi en serait-il autrement de ces deux criminels ?

Nous considérons qu'il s'agit d'une faute politique majeure de défiler à côté de ces individus qui commettent leurs crimes et les justifient. Existerait-il des terrorismes plus acceptables que d'autres ? C'est une posture intenable politiquement et humainement. Nous pensons aux Gazaouis qui verront leurs bourreaux déverser leur discours de haine devant des millions de personnes et des musulmans à leurs côtés contraints de subir cette alliance contre-nature.

C'est notre solidarité qui fera notre force. Construisons-la autour du CCIF. Plus fort, il vous défendra mieux. Adhérer c'est essentiel.

****
Samy Debah est président du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF).