Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Patrice Evra : « L’islam est une belle religion. Stop à la haine »

Rédigé par | Lundi 21 Août 2017



Patrice Evra : « L’islam est une belle religion. Stop à la haine »
L’ancien capitaine de l’équipe de France de football Patrice Evra a délivré, dans la matinée du lundi 21 août, un hommage à la religion musulmane sur son compte Instagram. Trois jours après les attentats en Catalogne, Patrice Evra a choisi de défendre l’islam contre les amalgames.

« Je parle six langues et ai été élevé en tant que catholique, mais je tiens aussi à apprendre des autres religions. (...) En ce moment, j'apprends l'islam et lis le Coran. Plus je grandis, plus je me pose des questions, je crois en Dieu, je crois en Jésus, alors pourquoi je ne devrais pas croire au prophète Mohammed (sic) », déclare-t-il en anglais. Il dénonce le fait que « certaines personnes utilisent la religion pour créer la guerre ou tuer des innocents partout dans le monde. Certaines personnes sont manipulées par une vision déformée de la religion, certains dirigeants, certains médias veulent créer de la haine autour de certaines religions ».

« Stop à la haine, cessons d'avoir peur de choses que nous ne connaissons pas »

« Avant de juger une personne ou une religion, apprenez-en davantage », conseille le quadruple finaliste de la Ligue des champions. Il ajoute ensuite que « l'islam est une belle religion, il s'agit de paix, il s'agit de s'aider les uns les autres. Nous devons arrêter de lire les médias. Dieu ne nous a pas créés pour tuer des personnes innocentes ».

Patrice Evra raconte qu’il a travaillé dur pour jouer au football et venir en soutien à 400 enfants au Sénégal, son pays natal. Il dit ne pas vouloir de compliment pour cela mais qu’il sait ce qu’il aura « laissé sur cette planète » et suggère que « devenir le meilleur homme possible » est « la religion parfaite ». « Etre religieux, ce n'est pas seulement prier, c'est aussi une manière de se comporter », précise-t-il. Le joueur de l’Olympique de Marseille conclut en affirmant qu’il ne s’agit que de son opinion et que « le monde a besoin de plus d’actes que de mots sages ».






Loading