Connectez-vous S'inscrire






Monde

Nouvelle-Zélande : après les attentats contre des mosquées de Christchurch, les appels à la vigilance des organisations musulmanes de France

Rédigé par | Vendredi 15 Mars 2019

Après le double attentat perpétré contre deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, l'onde de choc est immense. Tour d'horizon des réactions des organisations musulmanes en France.



Nouvelle-Zélande : après les attentats contre des mosquées de Christchurch, les appels à la vigilance des organisations musulmanes de France
La Nouvelle-Zélande a été frappée, vendredi 15 mars, par un double attentat sans précédent perpétré contre deux mosquées à Christchurch.

C’est depuis une pluie de condamnations à travers le monde qui suit cette tragédie. En France, plusieurs organisations musulmanes ont fait valoir leur indignation, comme la Grande Mosquée de Paris qui condamne l’action d’« un terroriste haineux et raciste, partisan d’une théorie islamophobe des plus dangereuses au monde ».

Lire aussi : Nouvelle-Zélande : la Tour Eiffel éteinte en hommage aux victimes des attentats de Christchurch

« Cette tragédie abjecte démontre une fois de plus que l'islamophobie est un mal qu'il faut combattre sans relâche. Il n'existe pas de hiérarchie dans les différentes formes de racisme. Les actes antimusulmans ne sont pas plus tolérables que d'autres formes de racisme », a indiqué le Conseil français du culte musulman (CFCM).

« Les paroles médiatiques déversées par des prêcheurs de haine finissent hélas par aboutir à ce type de drame », ajoute l’instance, présidée actuellement par Ahmet Ogras, qui appelle « à la responsabilité collective pour éviter que de telles tragédies ne se reproduisent ».

Nouvelle-Zélande : après les attentats de Christchurch, la théorie du grand remplacement sur le grill

Des appels à la vigilance lancés

« La Grande Mosquée de Paris appelle tous les fidèles, où qu’ils soient, à être vigilants lors de l’accomplissement de leurs devoirs religieux. Et que notre prière en ce vendredi, moment de paix, de recueillement et de concorde entre tous les hommes, soit commune dans une prière de l’Absent afin que les victimes de ce massacre soient accueillies par Dieu dans son infinie Miséricorde », a indiqué l’institution dirigée par le recteur Dalil Boubakeur.

Le Rassemblement des musulmans de France (RMF), qui condamne « avec la plus grande vigueur cet acte lâche et barbare, d’une violence aveugle, qui a visé des fidèles venus accomplir la prière du vendredi », a appelé « les pouvoirs publics à renforcer la sécurité autour des mosquées et des lieux de culte en France ».

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a indiqué avoir « immédiatement appelé les préfets à la plus grande vigilance » et leur a été « demandé de renforcer la surveillance des lieux de culte » en France.

Des prières pour l’absent dans les mosquées de France

Comme le CFCM et la Grande Mosquée de Paris, le RMF, présidé par Anouar Kbibech, appelle également « les imams et les musulmans de France à prier pour les victimes de cette tragédie et pour un prompt rétablissement des blessés ».

Même son de cloche du côté de l’Union des mosquées de France (UMF) qui a exprimé « son plein soutien aux musulmans de Nouvelle-Zélande » après les massacres dont ils ont été victimes. Elle appelle les musulmans de France « à élever des prières, lors de la grande prière de ce vendredi, pour le repos de l’âme des victimes et pour un prompt rétablissement des blessés ».

« Face à cette douloureuse épreuve, le Grand Rabbin de France Haïm Korshia a exprimé au président de l’UMF (Mohammed Moussaoui) sa compassion, son soutien et la solidarité totale de la communauté juive de France », fait savoir l’organisation, « très touchée par ce geste fraternel, exprime sa reconnaissance à l’ensemble des juifs de France ».

Nouvelle-Zélande : après les attentats contre des mosquées de Christchurch, les appels à la vigilance des organisations musulmanes de France
La Grande Mosquée de Strasbourg, pour sa part, a indiqué qu'une prière de l’absent pour les victimes des attentats sera célébrée dans son édifice à l’issue du prêche du vendredi. Elle a appelé les fidèles musulmans « au calme et à ne pas céder aux provocations », regrettant, dans le même temps, « le climat où la parole haineuse à l'égard des musulmans s'est intensifiée ces derniers temps, le discours islamophobe de certains intellectuels et politiques favorisent le passage à l'acte », .

Du côté de Musulmans de France (ex-UOIF), « les musulmans dans le monde ont doublement été la cible des attaques terroristes dans plusieurs pays dont la France. Doublement car ils ont été victimes à la fois du terrorisme et de la stigmatisation honteuse et continue des musulmans. Ils ont payé de leur vie cette stigmatisation grandissante qui les vise sans contrariété » et le drame de Christchurch « peut un jour survenir dans d’autres pays comme cela a déjà été malheureusement le cas au Canada », en référence à l'attentat perpétré contre une mosquée de Québec en janvier 2017.

Face au terrorisme, « nous n’abdiquerons pas »

Pour la Grande Mosquée de Paris, « les musulmans de France sont choqués par cette violence meurtrière qui se manifeste à l’autre bout du monde et prient Dieu que la paix soit préservée dans notre pays où nous avons aujourd’hui le souci d’être en sécurité. Et où nous formons, toutes communautés confondues, une seule et même Nation dans une même communauté citoyenne de destin ».

La Fondation de l’islam de France (FIF), par la voix de son président Ghaleb Bencheikh, a aussi condamné « avec la dernière énergie cet acte criminel et barbare » survenu à Christchurch et a indiqué, dans un communiqué, vouloir continuer « à œuvrer inlassablement pour qu’une ère promise de concorde, de solidarité et de fraternité puisse advenir ». « Le terrorisme abject, d’où qu’il vienne, n’aura jamais le dernier mot. Nous n’abdiquerons pas », signifie-t-il.

*Mise à jour : Le Conseil des imams et cadres religieux d'Alsace (CICRA) ainsi que le Conseil lorrain des imams, aumôniers et prédicateurs (CLIAP) a également réagi pour condamner « la brutalité et la sauvagerie » des attentats. « Ensemble, unis et solidaires, nous devons faire face aux nombreux défis de notre temps, dans un monde dominé par la peur, marqué par le méfiance et menacé par le rejet de l’Autre, les amalgames et le repli sur soi », indiquent ces deux structures.

Lire aussi :
Attentats de Christchurch : des représentants musulmans et juifs à l’ambassade de Nouvelle-Zélande en France
Nouvelle-Zélande : le Conseil des mosquées du Rhône en émoi après les attentats islamophobes de Christchurch
Nouvelle-Zélande : deux attentats contre des mosquées de Christchurch fait au moins 49 morts


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur