Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 






Arts & Scènes

Marwa Loud : « Je suis reconnaissante de ce que Dieu m’offre »

En partenariat avec Salamnews

Rédigé par Karima Peyronie | Mardi 14 Mai 2019

Véritable phénomène musical, Marwa Loud est aussi adulée de la jeune génération que décriée par certains. Derrière ce tourbillon médiatique se révèle une jeune femme fidèle à ses valeurs spirituelles, et même féministes. Elle qui chante « Oh la folle », est loin de l’être assurément ! Interview de cette artiste, à un mois de la sortie de son album My Life.



Marwa Loud : « Je suis reconnaissante de ce que Dieu m’offre »

Pour notre lectorat qui ne vous connait peut-être pas encore, qui est Marwa Loud ?

Marwa Loud : Une femme simple qui a fait de son rêve une réalité. Je viens d’un milieu modeste et provincial, je n’ai jamais eu la folie des grandeurs. Mes parents ont divorcé quand j’avais quatre ans. Ma mère a élevé seule ses cinq filles et son fils.

Pour autant, je n’ai pas eu une enfance malheureuse, je ne n’ai jamais manqué de rien. La musique était très présente à la maison, en écoutant la douce voix de ma mère reprendre les classiques d’Oum Khaltoum et bercée par des sons plus modernes que mes sœurs écoutaient.

Outre l’environnement musical, avoir été élevée dans ce milieu féminin a forcément forgé une certaine part de féminisme en moi, et ce besoin d’indépendance et d’autonomie. Ne dépendre de personne pour suivre ses ambitions. Mes sœurs, qui ont aussi divorcé par la suite, sont de vrais exemples aussi. C’est important que mes musiques et mon parcours parlent aussi à toutes les femmes dans ce sens.

Comment avez-vous justement concrétisé votre ambition de devenir chanteuse ?

Marwa Loud : Tout s’est joué sur un coup de tête ! Depuis que je sais parler, j’ai toujours chanté. A 16 ans, je me suis levée un matin et j’ai décidé de ne plus aller en cours. Ma mère n’a rien compris, bien sûr elle s’y opposait. J’étais tellement sûre de moi, je ne me suis laissée aucune autre alternative que celle de réussir. J’ai cumulé les petits boulots pour me faire de l’argent afin de financer mes productions. Sur ma page Facebook, mes reprises commençaient à attirer du public. Puis j’ai sorti mon premier titre et tout s’est enchaîné, mon téléphone n’a pas arrêté de sonner, j’étais lancée !

Qu’est-ce que ça a changé à votre vie ?

Marwa Loud : J’en parle beaucoup justement dans mon nouvel album : ce fut exaltant et en même temps déroutant ! Le succès a été si soudain qu’il a fallu gérer cet engouement, je me suis prise une claque quand j’ai commencé à réaliser cette folie. Tous ces amis et famille qui sortaient de nulle part, alors qu’ils ont toujours brillé par leur absence dans les moments durs. Tout ce qu’on disait sur mon physique alors que je ne me suis jamais vendue pour autre chose que ma voix. J’ai commencé à avoir l’impression de n’être rien d’autre qu’un produit marketing au final. Je me suis sentie saturée et seule.

Comment avez-vous dépassé vos états d’âme ?

Marwa Loud : Même si je suis très bien entourée, j’ai toujours été une solitaire. Je parle peu quand j’ai des états d’âmes, je suis pudique dans mes sentiments, j’ai beaucoup encaissé. Quand je rentrais chez moi le soir, je restais seule dans mon lit. Tous ces gens qui voulaient diriger ma vie, comment faire le tri sans sombrer dans la paranoïa ?

J’ai repris l’écriture, au début mes textes étaient tristes et mélancoliques, j’avais perdu mon côté enjoué. Puis, direction les studios d’enregistrement, on a fait un gros tri sur ce que j’avais produit et on a décidé de faire un mix de tout pour retrouver la Marwa d’avant, sans oublier celle que j’étais devenue aussi.

Aimez-vous cette vie d’artiste ?

Marwa Loud : Oui, car il y a encore pleins de choses que je n’ai pas assouvi, c’est ma passion, je ne vibre que pour ça ! Mais je suis consciente qu’à l’allure où vont les choses, j’aurai vite fait le tour. Je suis heureuse aujourd’hui malgré les hauts et les bas. Je suis une optimiste et je suis reconnaissante de ce que Dieu m’offre.

Si je dois me projeter, j’imagine que, dans dix ans, je ne serai plus en tête d’affiche, j’aurai peut-être fondé une famille et j’habiterai sûrement à l’étranger.

Au Maroc, le pays de vos origines auquel vous êtes très liée ?

Marwa Loud : Je ne sais pas, mais c’est certain que j’adore le Maroc. J’y vais souvent d’autant plus que toutes mes sœurs et ma mère ont déménagé à Marrakech récemment. Elles en ont eu marre de la France, elles voulaient du soleil !

Marrakech, c’est moi, je suis à l’aise nulle part ailleurs. C’est chaleureux, il y a une bonne atmosphère, les gens sont gentils et accueillants, il fait tout le temps beau, on trouve tout et on ne manque de rien. Si tu ne veux pas te prendre la tête dans la vie, tu viens à Marrakech, il n’y a pas d’autres options ! Quand je déambule dans les rues là-bas, il m’arrive de me déguiser un peu pour ne pas que l’on me reconnaisse, je ne peux plus voyager seule aussi… ça fait partie des aléas du métier, c’est ainsi.

Comment allez-vous passer le Ramadan ?

Marwa Loud : Justement au Maroc, auprès de ma famille ! Le Ramadan est une période très importante pour moi, que j’attends avec impatience. J’adore la convivialité des veillées, être entourée des siens, se recentrer sur l’essentiel, faire une pause dans le quotidien du showbizz pour mieux se rappeler d’où on vient.

Revenir à la musulmane que je suis, comme une purification de l’âme, c’est primordial, ça fait partie de moi et de mon éducation. Au-delà de l’aspect spirituel, je me sens mieux aussi côté santé et forme quand je fais le Ramadan, tout est vraiment bénéfique.

Au quotidien, quelle est votre connexion à la religion ?

Marwa Loud : Je suis assez pudique pour en parler car je suis consciente que le contraste est trop grand entre l’image que les gens ont de moi et celle que je suis dans l’intimité. Ce n’est pas parce que je fais de la musique populaire que je ne suis pas croyante. Le plus important pour moi est le message que je renvoie, tant que je ne pervertis pas mes fans ou que je ne les pousse pas à faire n’importe quoi, alors je me sens en adéquation avec ma religion.

Je suis très reconnaissante de ce qui m’arrive, et j’ai conscience que tout passe par Dieu. Je sais aussi qu’il peut tout reprendre alors je reste humble, je ne suis pas du genre à frimer. La religion, c’est aussi mon socle de conduite de vie. Il y a des choses que je ne ferai jamais dans ma musique ou dans des clips comme me dénuder ou promouvoir de l’alcool délibérément. Je ne suis pas obligée de passer par là pour réussir, j’ai ma voix, et ça me suffit. C’est mon éthique.

Vous avez un côté pudique et, pourtant, vous n’hésitez pas à vous mettre en scène à travers votre nouvelle web-série « Marwa’s Life », n’est-ce pas un peu paradoxal ?

Marwa Loud : Je suis une fille moderne qui a toujours adoré les programmes de télé-réalité. Moi-même, je ne pouvais pas y participer, justement par rapport à mon éthique, donc pourquoi ne pas lancer mon propre concept ?

Pour l’instant, les épisodes en ligne sont une sorte de teasing pour éventuellement un format télé ? Il s’agit juste de suivre les aventures d’une artiste de 22 ans, proche de sa famille, qui vit ses coups de cœur et peine, fan de mode et de maquillage, comme toutes les jeunes femmes de sa génération en fait… Car c’est ce que je suis au final, une jeune femme qui vit avec son temps !


BIO EXPRESS

Pour Marwa Loud, de son vrai nom Outamghart, jeune native de Colmar née en 1996, tout est allé très vite. Après une enfance studieuse, elle lâche les cours en première pour tenter sa chance dans la musique. Elle s’essaye d’abord sur des reprises de chansons connues comme « Bella » de Maître Gims, avant d’autoproduire « Ce Soir » alors qu’elle n’a que 17 ans. Arrive ensuite « Temps Perdu » qui lance réellement sa carrière, en dépassant le million de vues en moins de trois jours ! Elle tape à l’œil des plus grandes maisons de disque, mais préfère le label indépendant Purple Money – le même que celui de LArtiste – « plus familial et en phase avec ce que je suis », assure-t-elle.

Son premier album Loud explose les charts en 2017 avec « Mi corazon » (feat. DJ Sem), « Je vais t’oublier » (feat. Jul), et le fameux « Fallait pas » qui cumule à ce jour à 121 millions de vues. Les singles « T’es où ? » et « Oh la folle » de son prochain album My Life suivent le même chemin vers le succès. Pour autant, elle ne perd pas en tête sa ligne directive : « Je veux taffer, il n’y a que ça qui me fait kiffer ! » My Life sort le 14 juin 2019 (Because Music).