Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Marseille : l’entrée de la mosquée El Taqwa murée

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 11 Mars 2015



Une mosquée de Marseille murée mardi 10 mars. © Fabien Le Dû / Radio France
Une mosquée de Marseille murée mardi 10 mars. © Fabien Le Dû / Radio France
L’entrée de la salle de prière de la porte d’Aix, à Marseille, a été murée mardi 10 mars sur décision de justice. Des CRS et des policiers en civil sont intervenus au petit matin pour bloquer l’accès au bâtiment, sur décision du préfet des Bouches-du-Rhône, pendant que des ouvriers érigeaient un mur de parpaings devant l’entrée de la mosquée El Taqwa.

Cette mesure fait suite à une décision de justice du 22 août dernier, selon laquelle la mosquée serait illégale. L’Association cultuelle islamique de Marseille (ACIM), qui gère le lieu de culte, occuperait illégalement le local et aurait entreprit une rénovation des lieux sans autorisation.

A l’origine de la procédure judiciaire, un conflit entre l’actuelle équipe dirigeante et un de leur prédécesseur. Depuis plusieurs années, un bras de fer judiciaire oppose les actuels responsables de la mosquée, Amar Tazir et Moussa Bouzenzen, à Salim Lakhzoum, membre de la précédente équipe dirigeante, rapporte le quotidien régional La Provence.

Un conflit qui dure

Moussa Bouzenzen, qui accusait l’ancienne équipe de ne pas s’occuper de l’association entre 1998 et 2009, s’est fait élire président de l'ACIM. Le trésorier, Salim Lakhzoum, avait alors saisi la justice. C'est au bout de plusieurs années de procédure qu'il finit par obtenir l’expulsion des nouveaux dirigeants. Mais entre-temps, Moussa Bouzenzen et Amar Tazir avaient entamé des travaux de rénovation, engageant plusieurs centaines de milliers d’euros.

Les fidèles et les actuels responsables de la mosquée ont assisté incrédules au murage du bâtiment en travaux, qui aurait dû devenir l'une des plus grandes mosquées de Marseille. Ces derniers contestent la décision de justice. « On demande aux autorités la réouverture de la mosquée et qu’ils nous laissent continuer les travaux », a réagit au micro de France Bleu Amar Tazir, qui devrait à son tour saisir la justice.

Ce dernier estime en outre que le blocage de l’accès au lieu de culte va contraindre les musulmans à prier dans l'illégalité. « Là, ils nous poussent à faire la prière dans la rue », s’indigne le responsable. Pendant les travaux, les musulmans qui fréquentaient la salle de prière de la porte d’Aix allaient prier dans un local provisoire. Mais celui-ci devra être rendu à l'été.

Lire aussi :
Marseille : deuxième vie pour la mosquée El Taqwa
Mosquée de Fréjus : la justice autorise la reprise des travaux, le FN refuse
Mosquée Pau : l’imam tagueur condamné par la justice
Mosquée d’Evreux : la mairie face à la justice, saisie par le FN et l’AME
Mosquée Montrouge : les musulmans attaquent le maire en justice