Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Marseille : deuxième vie pour la mosquée El Taqwa

Rédigé par La Rédaction | Mardi 22 Janvier 2013



Frappée d’un arrêté de fermeture en 2002 et d'un arrêté de péril en 2009, la mosquée El Taqwa à Marseille est sur le point de connaitre une nouvelle vie. En effet, les travaux de rénovation du lieu de culte ont été lancés, jeudi 17 janvier, informe La Provence.

Le sénateur-maire UMP, Jean-Claude Gaudin, et le maire PRG (Parti radical de gauche) du 2e et 3e arrondissement, Lisette Narducci, ainsi que Moussa Bouzenzen et Amar Tazir, deux responsables de l'Association culturelle islamique de Marseille (ACIM) qui gère l'édifice, ont inauguré ces travaux. Ils donneront un second souffle à la plus vieille mosquée de la cité phocéenne, construite en 1975.

Avant de renaître de ces cendres, les ouvriers auront du boulot. « Nous nous lançons dans une réhabilitation lourde. Il faut d'abord savoir que tous les planchers ont été refaits. Les deux premiers étages seront réservés à la prière et les deux autres à la partie culturelle, avec médiathèque et salle d'enseignement. Il est également prévu de ravaler la façade », a ainsi indiqué Maxime Repaux, l’architecte en charge de la rénovation.

Jean-Claude Gaudin s'est réjoui de voir « un symbole au coeur d'Euromediterranée où la mosquée sera partie intégrante du nouveau paysage ». Lisette Narducci a estimé que le lieu de culte, situé avenue Camille-Pelletan permettrait de créer un « lien social » dans le quartier.

La mosquée réhabilitée pourra accueillir 1 000 fidèles. Elle deviendra ainsi l’une des plus grandes mosquées de la ville avec celles de la Capelette, du marché aux Puces, de Malaval mais sera loin d'être plus grande que la future Grande Mosquée de Marseille à St-Louis, dont le permis de construire a été validé, tant bien que mal, au mois de juin 2012.

Le coût total des travaux de la mosquée El Taqwa est estimé à plus de deux millions d’euros, d’après Amar Tazir. La somme nécessaire pour le début des travaux a pu être récolté grâce à la générosité des fidèles qui peuvent encore faire parvenir leurs dons à l’ACIM.

Lire aussi :
Mosquée de Marseille : la justice valide enfin le permis de construire
Le mufti de la communauté comorienne de Marseille s’est éteint