Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Lycéen blessé au flash-ball : la famille déçue de la peine en appel contre un policier

Rédigé par Imane Youssfi | Mercredi 29 Mars 2017



Lycéen blessé au flash-ball : la famille déçue de la peine en appel contre un policier
La Cour d’appel de Paris s’est prononcée mardi 28 mars en modifiant la peine du policier qui avait blessé un lycéen avec son flash-ball en 2010.

Les faits se sont produits il y a sept ans lors d’une manifestation devant un lycée de Montreuil (Seine-Saint-Denis). L’officier de police, Jean-Yves Césaire, avait menti sur procès-verbal en présentant Geoffrey, la victime, comme un « casseur ». Sa version a été contredite par une vidéo prouvant le contraire.

Absent du procès, Jean-Yves Césaire écope d’une peine de prison de 18 mois avec sursis (contre 12 en première instance), pour « violences aggravées » et « faux et usage de faux ». La justice lui interdit également de porter une arme pendant trois ans, au lieu de deux en première instance. En revanche, il pourra continuer d’exercer son métier contrairement à la décision prise par le tribunal de Bobigny en 2015, qui avait prononcé une interdiction d'une durée d'un an.

La déception palpable de la famille

Le lycéen, âgé de 16 ans au moment des faits, a souffert de « multiples fractures au visage et a subi plusieurs interventions chirurgicales pour sauver son œil » selon l’AFP. Selon Le Parisien, la Cour d’appel a exigé qu’une nouvelle expertise soit effectué afin d’évaluer les dommages définitifs sur sa santé et son état psychologique. Ces résultats permettront ensuite d’indemniser le jeune homme.

Plusieurs médias ont signalé que la peine était plus lourde en appel pour le policier. Ce n'est pas l'avis de la famille, qui a fait part de sa déception face à ce nouveau verdict. « Pour Geoffrey, l'interdiction d'exercer c'était l'essentiel, c'était la vraie sanction », a-t-elle fait part, citée par France Bleu. « Je ne peux pas accepter ce jugement qui dit qu'un policier peut continuer à travailler après avoir été condamné pour faux. Je ne l'accepterai jamais », a surenchéri le père du jeune homme.






Loading










Votre agenda