Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Libye : Tripoli menacée par l’incendie de réservoirs de carburant

Rédigé par La Rédaction | Mardi 29 Juillet 2014



L’incendie d’un gigantesque réservoir de carburant près de Tripoli menace la capitale libyenne. Le feu s’est déclaré, dimanche 27 juillet au soir, après qu’un tir de roquette ait atteint le stock d’hydrocarbures de 6 million de litres. Le lendemain, après la propagation de l’incendie à un deuxième réservoir, les autorités ont déclaré la situation « hors de contrôle ».

Les autorités craignant « une explosion de grande ampleur » qui provoquerait « des dégâts sur un rayon de 3 à 5 kilomètres », elles ont appelé les habitants à quitter la zone. Si l’explosion survenait, « une catastrophe humaine et environnementale dont les conséquences sont difficiles à prévoir » pourrait s’ensuivre, a averti le pouvoir libyen dans un bref communiqué.

Ce dernier redoute par ailleurs que les flammes se propagent aux réservoirs de gaz ménager stocké sur le même site. De l’aide a été demandée à plusieurs pays, qui ont annoncé mettre des avions à disposition des autorités libyennes. Cependant, quelques uns ont réclamé au préalable un arrêt des combats entre les milices.

Vers la guerre civile

Le chaos prévaut en Libye depuis l'intervention militaire en Libye en 2011, initiée par la France. Le pays est en proie à des violences depuis plusieurs mois, qui se sont intensifiées ces dernières semaines, entre des milices qui se battent pour le contrôle de la capitale et de la Cyrénaïque, région de l'est du pays. En deux semaines, les combats ont fait plus de 100 morts et plusieurs centaines de blessés. La bataille fait rage notamment, depuis le mois juin, pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli.

Les luttes politiques et les combats ponctuels que connaissait la Libye depuis la chute du régime de Kadhafi en 2011 dégénèrent en guerre civile. Les libéraux, vainqueurs des élections législatives du 25 juin, font face à une offensive des islamistes qui tentent de reconquérir le pouvoir par les armes. Selon des observateurs, un risque d’explosion du pays se profile, comme en Somalie au début des années 1990.

Les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique, l’Espagne, Malte, la Turquie, les Philippines ont fait évacuer leurs ressortissants ou leur ont intimé de quitter le pays de toute urgence.

Lire aussi:
Libye : Seïf al-Islam face à la justice de son pays
Elections en Libye : les « libéraux » en tête des premiers résultats
Les partis religieux interdits en Libye