Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Les partis religieux interdits en Libye

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 26 Avril 2012



Après avoir un temps appelé à instaurer la charia en Libye, le Conseil national de transition (CNT), au pouvoir depuis la chute de Mouammar Kadhafi, a annoncé, mercredi 25 avril, avoir adopté une nouvelle mesure interdisant les partis politiques « fondés sur des considérations régionales, tribales ou religieuses ».

L'interdiction s'inscrit dans le cadre d'une loi sur les partis destinée à préserver « l'unité nationale », a précisé Mohammed Al-Hareizi, porte-parole du CNT. « Les partis ne devraient pas être fondés sur des idéologies ethniques ou religieuses », a-t-il expliqué. « Nous ne voulons pas que le gouvernement soit divisé par ces différences idéologiques. »

Cette nouvelle loi est vivement dénoncée par les Frères musulmans libyens, mouvement politique le mieux organisé du pays. « Ce n'est pas la démocratie », a réagi Mohammed Gaira, porte-parole du parti de la Liberté et du Développement, fondé par les Frères musulmans en début d'année.

« Nous ne comprenons pas cette loi. (...) Elle pourrait ne rien signifier ou elle pourrait signifier qu'aucun de nous ne peut participer aux élections », a-t-il dit. « Nous sommes un parti nationaliste et l'islam est notre religion. Cette loi est inacceptable et ne convient qu'aux libéraux. »

Le CNT tient à garder le pouvoir entre ses mains. Sa mesure intervient deux mois avant des élections générales qui doivent permettre de désigner une Assemblée de 200 membres chargée de rédiger une nouvelle Constitution et de former un gouvernement.

Lire aussi :
Seïf al-Islam Kadhafi jugé à Tripoli, un verdict avant la mi-juin
Le CNT proclame la Libye libre
L’islam, principale source de législation en Libye




Loading












Recevez le meilleur de l'actu