Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Les Franco-Algériens rassemblés en grande pompe

Rédigé par | Jeudi 6 Février 2014



Un nouveau mouvement constitué de citoyens franco-algériens est lancé en grande pompe, jeudi 6 février, au Pavillon Dauphine, à Paris, en présence notamment de Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP), candidate à la mairie de Paris, et de Yamina Benguigui (PS). La candidate socialiste de Paris, Anne Hidalgo, qui devait se rendre à ce rendez-vous inaugural, s'est désistée, de même que le sénateur Jean-Pierre Chevènement, apprend-t-on à Saphirnews.

Fondé en décembre 2013, le collectif appelé FARR (Franco-Algériens Républicains Rassemblés) entend, à l’approche des élections municipales, faire entendre la voix de la communauté algérienne établie en France, la première en terme de nombre dans le pays, auprès de tous les partis politiques.

Ce mouvement, qui se veut « au-dessus du clivage gauche-droite », rassemble des individus « aux origines communes quel que soit leur choix politique », dont le but est de « défendre les valeurs républicaines et par conséquent lutter contre le communautarisme ».

« Dans un contexte difficile de mondialisation, de crise économique, de rejet de l’Europe et de peur de l’islam, les Franco-Algériens républicains, parfaitement intégrés en France, prenant une part active à la vie économique et culturelle française, les FARR, souhaitent éclairer les esprits pour favoriser le dialogue », mais aussi « valoriser » l'image des musulmans et des Algériens et renforcer les relations entre leur patrie d'origine et la France, fait savoir le mouvement, présidé par Ferial Furon, directrice de clientèle pour Médical Education Corpus, société d’édition et de communication scientifique.

Le philosophe et théologien Ghaleb Bencheikh, également président de la Conférence mondiale des religions pour la paix, est le président d’honneur des FARR.

Lire aussi :
L’Algérie, l'autre patrie de Nelson Mandela
L'Algérie, une solution à la crise industrielle française
Ismaÿl Urbain, un converti au service de l'Algérie française
Le Repenti : quelle paix après les années noires d'Algérie ?


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur