Connectez-vous S'inscrire






Economie

L'Algérie, une solution à la crise industrielle française

Rédigé par Maria Magassa-Konaté et Hanan Ben Rhouma | Jeudi 27 Décembre 2012

L'Algérie au chevet des industries françaises ? 50 ans après son indépendance, l'ancienne colonie ne connaît pas la crise : ses dettes payées, elle dispose de plus de 200 milliards de dollars de réserves de changes grâce à son pétrole et son gaz. De quoi faire rêver la France, en crise, qui fait les yeux doux au gouvernement algérien pour encourager l'entrée d'investissements privés dans l'Hexagone et ainsi sauver des entreprises françaises en difficulté.



L'Algérie, une solution à la crise industrielle française
L'industrie française est en bien mauvaise posture comme en témoigne la détresse des salariés de l'aciérie de Florange qui se battent pour le maintien de leurs emplois. Le déterminisme du ministre du Redressement productif Arnault Montebourg pour éviter les fermetures d'usines est bien vaine sans l'aide d'investissements privés.

La solution se trouve fort probablement de l'autre côté de la Méditerranée, en Algérie. Contrairement à la France, le marché algérien est en pleine forme. Les 200 milliards de dollars (152 milliards d'euros) de réserves de changes du pays, alimentés par les revenus du pétrole et du gaz, font rêver.

Signe de sa bonne santé financière, l'Algérie, désendettée, s'est octroyée le luxe cette année d'effacer les dettes d'une dizaine de pays africains devenus insolvables, pour un total de 3 milliards de dollars, selon El Watan. Plus encore : elle a accordé, en octobre 2012, un prêt de 5 milliards de dollars (3,8 milliards d'euros) au Fonds monétaire international (FMI). La France lui envie cette richesse et souhaite désormais que les fonds algériens soient investis dans ses entreprises en difficulté.

La rumeur, qui a couru fin novembre selon laquelle l'Algérie pourrait devenir actionnaire de PSA-Peugeot Citroën, avait secoué le monde de l'automobile. Une entrée dans le capital du constructeur français - qui a annoncé la suppression de plus de 11 000 emplois dans les deux ans - a depuis été démentie par Jean-Pierre Raffarin, l'envoyé spécial du président Hollande pour les relations économiques entre la France et l'Algérie, mais la rumeur n'a pas pour autant été dissipée. Elle en dit surtout long des opportunités économiques dont dispose l'ex-colonie.

Doux bientôt remplumé par l'Algérie ?

Investir en France : l'idée plaît bien aux hommes d'affaires algériens comme Issad Rebrab, patron de Cevital, le premier groupe privé algérien (12 800 salariés, 3,5 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2012). Le patron du conglomérat ne cache pas son ambition d'investir dans des entreprises françaises et de reprendre des sociétés en grande difficulté, aidé en cela par le gouvernement français. Il a en effet déjà rencontré Stéphane le Foll, ministre de l’Agriculture, et Arnaud Montebourg, ministre de Redressement productif.

« Nous regardons plusieurs dossiers, dans l’agroalimentaire en particulier, mais aussi dans le textile (la maison de lingerie de luxe Porthault selon des sources, ndlr). Et nous sommes prêts à examiner d’autres secteurs », précise-t-il au Parisien. Doux a perdu bien des plumes mais pourrait ainsi se faire remplumer grâce à Cevital, intéressé par le rachat de l’ancien leader de la volaille en Europe, en redressement judiciaire depuis juin 2012.

Les négociations sont toujours en cours entre les industriels, qui ont signé un accord de confidentialité. « Nous sommes un candidat très sérieux pour le volailler Doux », insiste Farid Belkacemi, un ancien célèbre trader devenu depuis conseiller en France du PDG de Cevital. Issad Rebrab compte ainsi renforcer sa présence en France et espère transférer le savoir-faire de Doux en Algérie, où il veut se lancer dans la production industrielle de la volaille. Cevital pourrait déjà bien prendre 80 % du volailler Duc sous peu.

L'Algerie réticente mais plus pour longtemps

Si les hommes d'affaires algériens se disent prêt à investir dans l'Hexagone, les réticences viennent du gouvernement algérien qui interdit les sorties de capitaux du pays, exception faite à la compagnie pétrolière nationale Sonatrach. Mais cette situation pourrait changer après le voyage d'Etat de François Hollande en Algérie.

Lors de sa visite officielle, les 19 et 20 décembre, il était accompagné d'une petite armée de chefs de grandes entreprises (Alstom, Areva, Bouygues, Orange, Lafarge, RATP…), tous venus faire des affaires avec l’Algérie avec pour objectif non-dit de l'éloigner de la Chine, qui a ravi à la France la place du premier fournisseur depuis 2011.

Cette visite diplomatique, mais surtout économique, a déjà permis à Renault de finaliser un accord pour la création, près d’Oran, d’une usine de montage qui permettrait la création de 25 000 véhicules pour un marché exclusivement local.

Ce n'est que le début. Ainsi, Total et Sonatrach négocient la réalisation d’un projet de 5 milliards de dollars (3,8 milliards d'euros) portant sur la construction d’une usine pétrochimique à Arzew, dans la région oranaise. En outre, Saint-Gobain pourrait s'allier avec le groupe algérien Alver et Lafarge pour la construction d'une cimenterie quand Sanofi espère créer une usine de médicaments dans le pays.

Les différents projets sur la table pourraient permettre la création de 20 000 emplois directs et indirects dans l'ancienne colonie française. 50 ans après son indépendance, l'Algérie apparaît comme un acteur économique incontournable aux yeux d'une France marquée par la crise économique.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu