Connectez-vous
Islam | Musulman | Toute l’actu sur Saphirnews.com
Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Rss

Monde

50 ans après l’indépendance, où va l’Algérie ?

Cinquantenaire de l'indépendance de l'Algérie

Rédigé par Nadia Henni-Moulaï | Samedi 7 Juillet 2012

           

L’exception algérienne. Un demi-siècle après son accession à l’indépendance, l’Algérie a-t-elle tenu ses promesses ? Entre échecs et défis, tout reste à faire.



Le monument aux martyrs de la ville d’Ouled Fayet, dans la banlieue d’Alger.
Le monument aux martyrs de la ville d’Ouled Fayet, dans la banlieue d’Alger.
Existe-t-il un cas algérien ? S’il est difficile d’avoir une réponse tranchée, 50 ans après son indépendance, l’Algérie est un paradoxe.

Avec l’augmentation du prix des hydrocarbures, le pays est en position de force. Les matières premières représentent, par exemple, 97 % des exportations algériennes en 2011, soit 74 milliards de dollars. Un pactole financier qui a permis au pouvoir un assainissement de l’économie ces dernières années. La dette extérieure ne dépasse pas, aujourd’hui, les 5 milliards de dollars contre 40 milliards, début 2000.

Signe de meilleure santé financière, la multiplication des chantiers. L’Algérie a entamé un vaste programme d’infrastructures. Autoroute est-ouest, nouvel aéroport d’Alger, inauguré en 2006, ou métro d’Alger, ouvert fin 2011, en attestent. Symptomatique aussi, la construction de logements : un million d’habitations est ainsi sorti de terre.

Doté de moyens financiers importants, le plus grand pays d’Afrique peine pourtant à s’imposer comme un pays émergent à la hauteur du Brésil ou de l’Inde. En cause, notamment, la mauvaise gestion des 200 milliards de dollars de réserves de devises. Essentiellement investis dans les bons du Trésor américain, une forme de prêt consenti aux États-Unis et dont les rendements ne cessent de baisser, ces placements sont très discutables.
Dans le contexte de crise internationale, les chantiers menés par le régime peinent à masquer le quotidien difficile des millions d’Algériens. Même au cœur des festivités du cinquantenaire.

La jeunesse, première victime de la crise

Car, à l’heure actuelle, les jeunes sont davantage préoccupés par leur devenir que par le cinquantenaire.

Avec plus de 37 millions d’habitants au 1er janvier 2012, dont plus de 64 % ont entre 15 ans et 59 ans, donc en âge d’activité, la population reste un vivier de main-d’œuvre locale important. Les chantiers en cours devaient fournir des emplois en pagaille. Sur le terrain, ces marchés ont été captés par des entreprises asiatiques. La réalisation de l’autoroute a, par exemple, été confiée à un consortium sino-japonais. Une situation à la base de tensions entre Asiatiques et Algériens. En 2009, des altercations avaient éclaté dans la banlieue d’Alger.

L’industrie des hydrocarbures emploie, de son côté, 20 % de la population active. D’où le sentiment, pour la population, de ne pas profiter des atouts du pays. Pis, d’être spoliée, d’une certaine manière, de ses propres richesses !

D’autant que « cette industrie survit à la désindustrialisation du pays amorcée depuis 20 ans. Un phénomène qui a eu des effets désastreux », relève Jean-Paul Chagnollaud, professeur des universités et directeur de l’IREMMO, un laboratoire d’idées tourné vers la Méditerranée et le Moyen-Orient. « C’est un pays en proie à un déséquilibre profond », poursuit-il. Et la jeunesse en est la première victime.

Un cinquantenaire au second plan

Le malaise social persiste durablement, laissant une bonne frange de la population livrée à elle-même entre précarité et trabendo. Les chiffres officiels situent le taux de chômage à 10 %. D’autres sources, officieuses, penchent pour 30 %. Un terreau favorable à la corruption et aux trafics en tout genre.

Aux difficultés d’emploi s’ajoute la hausse des prix alimentaires. Un contexte économique que même une croissance à 4,7 % en 2012 – qui fait rêver ici en France – ne parvient pas à apaiser. Pas étonnant, alors, que le cinquantenaire de l’indépendance passe au second plan. Les Algériens ont visiblement d’autres chats à fouetter…

Autre point d’achoppement, le climat politique. Les élections législatives de mai dernier n’ont pas redoré le blason d’une classe politique déjà discréditée. Avec un taux d’abstention culminant à 57 %, le sacre du FLN (221 sièges obtenus sur 462 de la nouvelle Assemblée) interroge.

Smaïl Gouméziane, ancien ministre algérien du Commerce extérieur et professeur à Paris X-Dauphine, qualifie même ce scrutin de « non-événement, n’apportant aucune solution aux problèmes du quotidien ». À l’aune du 5 juillet, la désillusion de la jeunesse algérienne prend une dimension particulière.

Malaise social

À l’occasion du cinquantenaire, la ferveur nationale, propre à toute fête d’indépendance, semble en effet compromise. Le malaise social en est la raison principale. Mais d’autres motifs s’ajoutent à ce constat.

« Comme elle s’est désintéressée des élections législatives, la jeunesse algérienne regarde ce cinquantenaire avec distance », selon Smaïl Gouméziane. Sans compter que l’état-major algérien a peu éduqué les générations postcoloniales au devoir de mémoire. Cette Histoire, vieille de 50 ans, c’est-à-dire toute récente en fait, ne leur parlerait-elle pas ? « Le pouvoir a échoué à cultiver la mémoire de la guerre d’Algérie », ajoute M. Gouméziane. « Il n’a pas cherché à enraciner l’Histoire objective du pays et de sa guerre. Au contraire, il a tenté d’en imposer une vision falsifiée », renchérit-il.

Une thèse à laquelle souscrit Akram Belkaïd, auteur d’Un regard calme sur l’Algérie (Éd. du Seuil, 2005) : « Cette Histoire a été écrite par les vainqueurs. » Directement visé, le FLN : « Il a gommé tous les noms de ses opposants. » Objectif ? « Garder la mainmise sur le pouvoir. »

Initiatives citoyennes

Pas étonnant alors de voir des initiatives citoyennes fourmiller.

Parmi elles, NABNI (Notre Algérie bâtie sur de nouvelles idées) : « Il s’agit d’une plateforme citoyenne destinée à émettre des propositions constructives », avance Rostane Hamdi, membre du comité de pilotage. Avec 60 membres et 400 adhérents, NABNI2012 s’est appuyé sur les internautes pour commenter, voire affiner les propositions émises par le cercle de réflexion. « Nous avons transmis une palette de propositions aux pouvoirs publics, aux partis, aux associations. » Bien que l’accueil ait été courtois, à de rares exceptions près « aucun échange de fond n’a eu lieu », déplore-t-il.

On l’a vu avec les révolutions arabes, le Net élargit le champ des possibles. À la tête d’une agence de communication à Alger, Karim Sandhadji a cofondé le site Algérie2012, dédié au cinquantenaire. Lancé en janvier 2011, « il s’agit d’un projet participatif et non officiel, rassemblant archives photographiques et vidéos ». L’équipe de 8 bénévoles propose de dépoussiérer l’approche de la guerre d’Algérie à travers leur site Web, dont les principales cibles sont les locaux et les Algériens de l’étranger.

Côté presse, le site d’information participatif Nessnews entend bousculer l’espace médiatique algérien. Simple page Facebook en 2010, Nessnews, fondé par deux jeunes Algériens, prend de l’ampleur à la suite des émeutes de Bab el-Oued, dues à un ras-le-bol général en janvier 2011. En février 2012, le site Internet voit le jour. S’appuyant sur des « journalistes citoyens », Nessnews s’est fixé une mission : donner du sens à la liberté d’expression.





Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Orlando le 17/07/2012 16:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'Algerie exporte essentiellement du petrole et ne possede pratiquement pas d'industrie, d'ou la fuite constante de sa jeunesse et de ses elites. Le pays devrait prendre modele sur les petits pays d'Asie comme la Coree qui, sans ressources naturelles, ont décolle depuis longtemps. En fait, posseder une ressource naturelle abondante dispense de faire les efforts de developpement ordinaires.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne sont pas tolérés et seront donc supprimés. Idem pour les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article.

Loading



Inscription à la newsletter

En direct de Gaza. Suivez les principaux événements et réactions du jour

Depuis lundi 7 juillet, la bande de Gaza vit sous la peur constante des bombes israéliennes. En plein mois du Ramadan, l'heure est à l'urgence aussi bien humanitaire que politique. Les bilans humain et matériel s’alourdissent d'heure en heure à Gaza. Suivez ici l'évolution des événements à Gaza en temps réel. Retour sur les principaux faits de la semaine.











L'actu vue par Yace