Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le roi du Maroc reçu à l’Elysée après un an de relations tendues

Rédigé par Christelle Gence | Mardi 10 Février 2015



Le roi du Maroc reçu à l’Elysée après un an de relations tendues
Après une brouille diplomatique d’un an, le roi du Maroc Mohammed VI était reçu à l’Elysée, lundi 9 février, par François Hollande, scellant la réconciliation des deux pays. Les deux dirigeants se sont félicités de la « nouvelle dynamique de coopération confiante et ambitieuse entre la France et le Maroc », a fait savoir la présidence de la République dans un communiqué.

François Hollande et Mohammed VI se sont « félicités » du rétablissement de la coopération judiciaire entre les deux pays, par l’accord bilatéral du 31 janvier. Ce dernier « crée les conditions d’une coopération judiciaire plus efficace entre les deux pays », souligné l’Elysée. Le Maroc avait suspendu l’accord début 2014, après l'irruption de policier à la résidence de l'ambassade du Maroc.

Autre chapitre au menu des discussions, « l’ensemble des questions régionales et internationales » et la lutte contre le terrorisme. Mohammed VI et François Hollande ont souligné « la détermination » des deux pays « à lutter ensemble contre le terrorisme et à coopérer pleinement dans le domaine de la sécurité », précise le communiqué. Un « programme intense de visites ministérielles entre les deux pays » sera mis en place pour préparer la tenue prochaine d’une « réunion de haut niveau » sur ces questions.

Une ombre au tableau : le jour même de sa réception, le roi du Maroc était cité dans l’affaire d’évasion fiscale SwissLeaks révélée par Le Monde. Il aurait eu près de 8 millions d’euros sur son compte caché de la banque HSBC en 2006 et 2007. S’il est peu probable que cet épisode compromette le réchauffement entre les deux pays, il pourrait constituer un nouveau motif d’irritation dans le royaume, la famille royale ayant été mise en cause dans la presse internationale.

Lire aussi :
Un mariage homosexuel franco-marocain définitivement validé
Maroc : trois ans de prison pour un faux Mohammed VI