Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

L’agence de l’ONU pour les Palestiniens licencie à Gaza et en Cisjordanie

Rédigé par Lina Farelli | Vendredi 27 Juillet 2018



Les premières conséquences du gel de financement de l’administration américaine auprès de l’agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) n'ont pas tardé à arriver. Celle-ci a annoncé, mercredi 25 juillet, une première vague de licenciement qui touchera plus de 250 employés à Gaza et en Cisjordanie.

Dans un contexte où le soutien des États-Unis à Israël est plus indéfectible que jamais, l'administration américaine à frappé fort en réduisant à 60 millions de dollars le financement octroyé à l’UNRWA pour l'année 2018, contre 360 millions de dollars en 2017.

Parce qu’à eux seuls, les États-Unis contribuaient à 30 % des fonds de l’agence, ce gel conséquent représente une « menace existentielle » pour l’UNRWA, selon son porte-parole Chris Gunness. Aujourd’hui, l’administration Trump réclame une réforme de cette agence et souhaite imposer une reprise des dialogues et des négociations entre Israëliens et Palestiniens alors qu'elle ne fait rien pour y contribuer concrètement, au regard notamment de sa reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Pour l’heure, ils sont près de 154 employés palestiniens à se retrouver au chômage en Cisjordanie et 113 dans la bande de Gaza. Chris Gunness a également ajouté que l’UNRWA changera les contrats à plein temps de 500 employés en des contrats à temps partiel, fragilisant ainsi davantage la situation économique des Palestiniens.

Lire aussi :
Le statut des réfugiés palestiniens en question