Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Monde

L'ONU et la Banque islamique de développement lancent un fonds mondial pour les réfugiés

Rédigé par Lionel Lemonier | Mardi 12 Avril 2022 à 17:25

           

Sous l'égide du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et de la Banque islamique de développement (BID), un Fonds islamique mondial pour les réfugiés (FIMR) a vu le jour avec l'arrivée du mois du Ramadan. Cette nouvelle initiative vise à mobiliser durablement des flux de financement philanthropique islamique en faveur de millions de personnes déplacées.



L'ONU et la Banque islamique de développement lancent un fonds mondial pour les réfugiés
Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) et la Banque Islamique de développement (BID), à travers son Fonds de solidarité islamique pour le développement (FSID) visant à lutter contre la pauvreté, se sont associés pour créer un Fonds islamique mondial pour les réfugiés (FIMR). Annoncé par le HCR fin mars, peu avant l'arrivée du mois du Ramadan, cet accord entre le HCR et le FSID intervient à un moment où les déplacements forcés de population atteignent des niveaux sans précédent. Selon les dernières statistiques communiqués par l'ONU en 2021, plus de 82,4​​ millions de personnes dans le monde ont été forcées de fuir leur foyer, battant chaque année des records. « Un problème humanitaire global, doublé d’une crise économique qui requièrent une action et une coopération internationale intense », pour les initiateurs du FIMR.

« Les besoins engendrés par les déplacements forcés atteignent un niveau record et ne cessent d’augmenter. Aucune institution ne peut à elle seule supporter ce fardeau. Nous devons renforcer les partenariats actuels et inventer de nouvelles solutions pour répondre à la détresse des personnes déplacées », a déclaré le président de la BID, Muhammad Al Jasser. « Nous sommes fiers de notre partenariat avec le HCR et nous avons bon espoir que nos efforts conjoints aboutiront à la mise en place des outils indispensables pour porter assistance aux personnes en détresse », a-t-il ajouté.

L’initiative, qui répond aux mandats respectifs du FISD et du HCR, a pour but de fournir un soutien efficace et planifié aux programmes et projets en faveur des réfugiés, des personnes déplacées et des communautés d’accueil dans les Etats membres de l’Organisation de coopération islamique (OCI). Des Etats eux-mêmes situés dans des régions qui accueillent un grand nombre de réfugiés.

« Une aide financière indispensable pour répondre aux besoins criants des personnes déplacées »

« Des millions de gens continuent d’être chassés de chez eux en raison de la guerre, de violences, de persécutions et de discriminations. Ils ont besoin et méritent notre soutien. Les sources innovantes de financement social islamique, comme ce Fonds révolutionnaire créé avec la Banque islamique de développement, vont permettre au HCR d’aider les réfugiés et les personnes déplacées de force avec la protection et l’assistance nécessaire à des conditions de vie plus dignes », indique Filippo Grandi, le Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés. « Nous sommes reconnaissants au FSID pour son soutien indéfectible et son partenariat sans faille. Cette initiative va permettre de dégager une aide financière indispensable pour répondre aux besoins criants des personnes déplacées. »

Le lancement du Fonds islamique mondial pour les réfugiés est un pas important vers la diversification des sources de financement humanitaire et le renforcement des efforts d’aide humanitaire du HCR. Le FIMR, « conforme à la charia », va aider à mobiliser des ressources financières immédiates sur le long terme en faveur de programmes et d’opérations humanitaires, selon l'instance internationale.

Ce n’est pas la première fois que le HCR sollicite l’aide financière issue de la générosité des croyants musulmans pour mener à bien ses missions. En 2019, il a fondé le Fonds de zakat pour les réfugiés. Ce dispositif permet de reverser la zakat al-maal et la zakat al-fitr, respectivement l’aumône obligatoire annuelle et l’aumône de rupture du jeûne du Ramadan, au profit de populations déplacées en raison de conflits. Selon le rapport annuel rendu public en mars, 35,3 millions de dollars (32,5 millions d'euros) en dons de zakat ont été mobilisés en 2021, soutenant 1,2 millions de réfugiés déplacés dans 14 pays à forte majorité musulmane.

Lire aussi :
Ramadan : Donner la zakat aux réfugiés via l'ONU, c'est possible !
La philosophie de la zakât