Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Irak : l’ayatollah Sistani appelle à prendre les armes contre l’EIIL

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 18 Juin 2014



Le grand ayatollah Ali al-Sistani, la plus importante personnalité religieuse chiite d’Irak, a appelé, vendredi 13 juin, à prendre les armes contre les combattants de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) à l'heure où ces derniers se sont emparés d’une partie du pays lors d’une offensive fulgurante entamée la semaine passée.

« Les citoyens qui peuvent porter les armes et combattre les terroristes pour défendre leur pays, leur peuple et leurs lieux saints doivent se porter volontaires et s'enrôler dans les forces de sécurité pour mener cet objectif sacré », a déclaré Ali al-Sistani dans un message lu à Karbala par son représentant, le cheikh Abdel Mehdi al-Karbalaï.

« La responsabilité de leur faire face et de lutter contre eux incombe à tous et ne concerne pas une seule confession ou une seule partie », a-t-il ajouté. Extrêmement rares, les interventions de l’ayatollah Sistani sont généralement suivies par nombre de ses disciples chiites. Il se tient globalement en marge des débats politiques depuis quelques années mais il n’en reste pas moins extrêmement influent.

L'EIIL se sont emparés depuis mardi 10 juin de Mossoul, la deuxième ville d’Irak, d'une grande partie de sa province Ninive (Nord), de Tikrit et d'autres secteurs des provinces de Salaheddine, Diyala (est) et Kirkouk (nord).

Lundi 16 juin, l’EIIL s'est emparé de certains secteurs de Tal Afar, une ville stratégique du nord-ouest de l'Irak, poussant à la fuite 200 000 personnes, soit la moitié de la population de la ville. Face à ces avancées notables, Washington, qui a retiré ses troupes d’Irak depuis décembre 2011, envisage désormais des frappes de drones pour aider le gouvernement irakien.

L'envoyé spécial de l'ONU à Bagdad, Nickolay Mladenov, a qualifié cette offensive de « menace vitale pour l'Irak » et de « grave danger pour la région».

Lire aussi :
L'Irak plongé en plein chaos, le pouvoir dépassé