Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 






Sur le vif

Indonésie : un étudiant accusé à tort de vol battu à mort dans une mosquée

Rédigé par | Mercredi 19 Décembre 2018



Indonésie : un étudiant accusé à tort de vol battu à mort dans une mosquée
Quand de fausses accusations mènent à des drames. A Gowa, en Indonésie, une foule en colère s’est acharnée sur un jeune étudiant accusé à tort d’être un voleur. Le jeune homme de 23 ans, identifié comme Muhammad Khaidir, est mort des suites de ce lynchage qui a eu lieu dans l'enceinte même d'une mosquée.

Tout est parti d'un malentendu. Le 10 décembre dernier, vers 2 h du matin, Muhammad Khaidir s’est rendu à la mosquée pour observer une prière nocturne volontaire. Voyant le portail fermé, il a frappé à la porte d’un résident proche du lieu de culte pour lui demander d’ouvrir la mosquée. En colère, ce dernier aurait réprimandé l'étudiant qui est alors parti. L'histoire aurait pu s'arrêter là sauf que ce voisin s’est ensuite précipité vers le gardien de la mosquée qui a immédiatement fait part avec un haut-parleur qu’un voleur était entré dans la mosquée.

Les habitants du quartier se sont alors réunis pour retrouver le voleur. A l'écoute de ce message, Muhammad Khaidir s’est également rapproché de la mosquée, sans avoir conscience que c'est lui qui a été désigné comme... le voleur. La foule s’en est prise immédiatement à lui dans la mosquée, jusqu'à que mort s'en suive

La police a arrêté 10 personnes qui auraient participé à ce lynchage. « Tous les suspects ont été inculpés en vertu de l’article 170 du Code pénal relatif à la violence de la foule, passible d’une peine maximale de 12 ans d’emprisonnement », a déclaré le porte-parole de la police, cité par le Jakarta Post. Il a également ajouté que cet étudiant avait un casier judiciaire vierge et n’était suspecté d’aucun crime. Il était dans la région pour rendre visite à un membre de sa famille.

En Indonésie, les lynchages dits populaires sont loin d’être des phénomènes inédits. En 2017, un réparateur d’appareils électroniques, accusé d’avoir volé un amplificateur dans une petite salle de prière, avait également perdu la vie à la suite d’un lynchage.

Lire aussi :
Indonésie : en plein séisme, un imam continue de diriger la prière plutôt que de fuir (vidéo)
En Indonésie, derrière la question du voile, des violences méconnues


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur