Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Horrible est ce sentiment d’enfermement pour les Gazaouis

Par Ziad Medoukh*

Rédigé par Ziad Medoukh | Lundi 30 Septembre 2013



Comme il est difficile de vivre dans une région comme la bande de Gaza !

Comme il est difficile de supporter cette souffrance qui dure, qui dure !

Comme c'est compliqué de mener une existence normale dans une prison à ciel ouvert !

C'est angoissant de passer sa vie en cage !

C'est terrible de vivre de plus en plus isolé dans cette cage, de plus en plus isolé dans cette prison.

C'est horrible ce sentiment d'enfermement vécu par les Palestiniens de Gaza.

C'est, depuis plus de sept ans, un blocus inhumain imposé par la force d’occupation israélienne à presque deux millions d’habitants, qui éprouvent d'énormes difficultés à sortir de leur cage et à y revenir.

Les frontières sont fermées et l'arrivée des étrangers, souvent des solidaires, est devenue extrêmement compliquée. Conséquence : une population de plus en plus isolée, de plus en plus laissée à son sort.

La rupture de contacts directs avec les autres aggrave la situation de ces habitants qui ont besoin des solidaires pour ne plus se sentir seuls. Même le contact virtuel avec le monde extérieur est souvent limité à cause des coupures de courant qui rendent l'accès à Internet très difficile, chaque foyer ayant droit à six heures d'électricité par jour.

Il est très difficile de l’extérieur de pouvoir imaginer que, même en 2013, il y ait des gens isolés et enfermés qui n'ont aucun contact avec le monde. Oui, l’enfermement est un sentiment épouvantable, non seulement pour les jeunes et les universitaires qui ont besoin de ce contact avec leurs collègues de l’étranger, mais aussi pour toute une population qui a envie de respirer.

L’enfermement a des conséquences graves, il peut causer des fléaux sociaux dangereux et des idées extrémistes. L’enfermement limite la réflexion et la création, il participe à l’absence de perspectives pour l’avenir, notamment pour les jeunes de Gaza qui, en majorité, n’ont jamais quitté leur pays.

Malgré cet enfermement, les Gazaouis résistent, existent et persistent, ils espèrent sortir de leur isolement, de leur cage, de leur prison et, grâce à cette espérance, ils voient s'approcher la lumière de la liberté.