Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Hommage à Abdelmourhit Bennani : le dévouement et la compétence au service de l’islam

Par Shakeel Siddiq*

Rédigé par Shakeel Siddiq | Mercredi 27 Mars 2013



Le dimanche 24 mars 2013, à 18 h 45, disparaissait Abdelmourhit Bennani. Un homme discret, méconnu du grand public, mais dont la préoccupation première fut de servir la communauté musulmane de France.

Spécialisé en management des projets informatiques, Abdelmourhit Bennani commença par mettre ses compétences informatiques au service des musulmans d’Évreux.

C’est dans cette même ville que, lors d’une conférence, il fit la rencontre de cheikh Zakaria Seddiki en 2004. De ces premiers contacts naîtront des liens forts et sincères. Quelques mois plus tard, cheikh Zakaria Seddiki fonde la Maison des Savoirs.

Abdelmourhit en devient le chef de projet informatique. Ses compétences et son engagement le mènent alors à la création d’un projet unique en son genre : l’Institut musulman d’enseignement à distance (IMED), premier institut virtuel, en Europe, à dispenser des cours à distance en français sur l’islam et la langue arabe.

Peut-être parce qu’il avait lui-même expérimenté la difficulté d’apprendre sa religion sous la contrainte géographique, professionnelle et familiale, il voulait, à travers l’IMED, donner la possibilité à tous d’enrichir ses connaissances sur l’islam.

Accueillant aujourd’hui un grand nombre d’étudiants, ce projet demeure incontestablement une de ses plus grandes réalisations. Il ne cessera d’œuvrer au sein de la Maison des Savoirs jusqu’à en devenir le directeur opérationnel. Il propose même à l’association de professionnaliser son mode de fonctionnement et lui donne un schéma directeur digne d’une grande entreprise.

Abdelmourhit Bennani, expert en management, directeur opérationnel de la Maison des Savoirs, membre fondateur de l'IMED, fondateur de l'IELE et membre très actif à la mosquée d'Orly, est décédé le 24 mars 2013.
Abdelmourhit Bennani, expert en management, directeur opérationnel de la Maison des Savoirs, membre fondateur de l'IMED, fondateur de l'IELE et membre très actif à la mosquée d'Orly, est décédé le 24 mars 2013.
Car, en plus d’être informaticien, Abdelmourhit était aussi un expert en management. Sa soif de savoirs était sans limites. À 42 ans, il entame une thèse de doctorat et devient docteur en sciences de gestion et management interculturel, à l’École de management de Strasbourg. Sa thèse, « Le fait religieux dans les organisations : cas de la religion musulmane », fut soutenue en juillet 2012.

Il ajouta ainsi à ses compétences techniques des compétences managériales, qu’il mettra aux profits de différentes associations, notamment à l’Association socioculturelle et cultuelle des musulmans d’Orly (ASCM) – Mosquée d’Orly. Il y fut le fondateur, concepteur et réalisateur du projet Web de l’ASCM, qui a permis l’élaboration et la mise en place du site Internet de la mosquée.

Il mit en place un des projets qui lui tenaient le plus à cœur, à savoir le streaming vidéo afin de permettre aux personnes qui ne pouvaient pas se déplacer à la mosquée de pouvoir suivre en direct les prêches du vendredi et les conférences des différents intervenants.

Au sein du pôle culturel de la mosquée, il anima des ateliers débats sur le thème : « L’expression religieuse en entreprise ». Ces échanges avaient pour objectif d’améliorer la situation des musulmans en entreprise.

Pour mener à bien cette tâche, il effectuait également un travail de terrain. En tant que membre du laboratoire HuManiS (axe « Responsabilité sociétale des organisations ») à l’École de management de Strasbourg, dirigé par le Pr Thierry Nobre, il formait des managers, mais autrement qu’en se fondant sur la simple transmission de connaissances et de compétences en ingénierie du management. Il essayait de sensibiliser les participants aux valeurs éthiques et à la diversité. Il était effectivement convaincu que ces deux composantes constitueraient le socle commun de la nouvelle grammaire du management pour les années à venir. Pour lui, celles-ci représentaient les leviers et les garants du développement et de la performance pérenne des organisations.

Son souci, pour ses frères et sœurs en islam, portaient donc non pas uniquement sur l’acquisition du savoir religieux, mais plutôt sur tout ce qui pouvait contribuer à améliorer la relation entre l’homme et Dieu.

Mais Abdelmourhit était aussi un amoureux de la langue arabe et de sa culture. C’est pourquoi il participa à la création de l’Institut éduco-culturel Langue arabe et expressions (IELE) . Il pensait effectivement qu’il était primordial de faire découvrir la culture arabe aux jeunes générations musulmanes en tissant des liens avec des sociétés arabo-musulmanes. C’est la vocation de l’IELE.

Des années riches de travail et d’efforts qui furent freinées par une maladie douloureuse qu’il affrontera avec force et courage dans le recueillement et la discrétion.

Il décida de visiter les Lieux saints de l’Islam, en espérant que Dieu le rappellerait à Lui dans cette terre bénie aux côtés des premières générations. Mais le Tout-Puissant en décida autrement.

Une semaine après son retour de la ‘omra, il fut hospitalisé chez lui au milieu des siens. Il assista à une conférence sur les caractéristiques physiques du Prophète Muhammad – que la paix et le salut de Dieu soient sur lui – donnée à l’IMED. Il avait d’ailleurs pour projet de travailler sur le « management » du Prophète de l’islam ; il put y voir les nombreuses connexions et les différentes participations.

À la fin de cette intervention, il sentit la mort arriver et appela l’imam de la mosquée d’Orly qui se rendit à son chevet. Abdelmouhit écouta calmement la lecture du Coran qui lui était faite et, dans un soupir discret, il repartit vers son Seigneur. Il a quitté ce monde avec une profonde confiance en la générosité de Dieu.

Aujourd’hui, il est pour beaucoup un modèle d’engagement fidèle et sincère dans la voie du juste milieu et, même s’il n’est plus parmi nous, ce qu’il a bâti avec ses frères et ses sœurs en Dieu continuera à alimenter son souvenir et sa récompense auprès de Dieu. Son enseignement inspirera pour longtemps les nouvelles générations.


* Shakeel Siddiq est directeur adjoint de la Maison des Savoirs.