Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Hollande veut le droit de vote des étrangers : vraiment ?

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 7 Mai 2014



François Hollande a été interrogé par un auditeur, lors de son passage sur RMC mardi 6 mai, sur le droit de vote des étrangers non communautaires aux élections municipales : entend-t-il mettre en œuvre cette promesse de campagne avant la fin de votre quinquennat ?

« Il n’y a pas de majorité pour voter le texte », a répondu le chef de l’Etat. « Il faut une majorité non pas simplement celle de l’Assemblée nationale, non pas simplement celle du Sénat. Il faut une majorité des 3/5e (du Parlement) parce qu’il faut changer la Constitution », explique-t-il.

« Je n’ai pas voulu introduire ce texte avant les élections municipales parce qu’on nous en aurait fait le reproche », dit-il, avant d’ajouter que « le texte sera de nouveau proposé après les scrutins (européennes en mai 2014 et régionales en 2015 qu'il veut repousser à 2016, ndlr) pour que, dans la préparation de ceux qui viendront dans six ans (les municipales de 2022, ndlr), il puisse y avoir cette réforme ».

Le reproche qui lui est principalement fait est de n’avoir pas lancé le débat au Parlement pour tenir son engagement. Parmi les réfractaires à cette réforme, on trouve Manuel Valls. Le Premier ministre a estimé en 2012 que le droit de vote des étrangers n'est pas « une revendication forte » des Français. 75 députés socialistes avaient alors réagi en pressant le président de tenir sa promesse suivi, quelques mois plus tard, d'une lettre ouverte d'intellectuels du même acabi. Sans succès. Ils devront tous attendre 2016 pour voir s'il compte bien relancer le sujet.

Lire aussi :
Polygamie, voile, jihad... la question-cliché d'une élue UMP à Hollande (vidéo)
« Arrêtez d’être ! », une campagne ironique contre les discriminations
Un militant du FN refuse le droit de vote à une musulmane
Le droit de vote des étrangers enterré
Droit de vote aux étrangers : Valls s’en moque
Lettre ouverte de 50 intellectuels et parlementaires pour le droit de vote des étrangers au Président
Le droit de vote des étrangers polarise le clivage gauche-droite