Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Face au Moranogate, Guaino reporte son rapport sur l’islam

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 2 Octobre 2015



Face au Moranogate, Guaino reporte son rapport sur l’islam
Des Républicains veulent faire preuve de précaution. Après les propos de Nadine Morano sur la « race blanche », Henri Guaino a décidé de reporter son rapport sur l’islam. Prudent, l’auteur du fameux rapport sur l'islam de France, fruit de la journée de réflexion organisée par les Républicains en juin dernier, semble vouloir éviter toute parole malheureuse.

« J'ai été chargé d'un rapport avec Gérald Darmanin sur l'islam. Premièrement, nous avons refusé de le rendre dans ce contexte, on va attendre, hein puisque le contexte est terrifiant avec les réfugiés, la violence du débat, voilà... », se justifie-t-il désormais. Pour lui, les attaques contre sa camarade politique et députée européenne relève d'une « chasse aux sorcières », même s'il a condamné ses propos.

Avant l’été, Henri Guaino s'était pourtant agacé que le choix de plancher sur l’islam n'ait pas été mieux assumé par son parti. En effet, la journée de débat public annoncée au départ s’est terminée en demi-journée de travail à huis clos. Tout en condamnant le dérapage de Nadine Morano, il a affirmé que « la question de la religion n'est pas pour moi une vraie question. Mais la question du mode de vie, des mœurs, de la façon de vivre ensemble, c'en est une, et dont il va falloir que l'on parle avec ceux qui ont du mal à la partager ».

La raison de cette soudaine approche prudente, Henri Guaino la justifie dans l'angoisse identitaire qui gagne, selon lui, la population. « Je pense que ça crée une angoisse chez beaucoup de gens. Pourquoi ? Parce que nous vivons en même temps ce que vous appelez "la coloration", où nous vivons une période d'insécurité culturelle, d'insécurité identitaire, on appelle ça comme on veut, qui vient se rajouter à l'insécurité économique, sociale », explique-t-il en parlant de l'arrivée massive de réfugiés en Europe.

« Et dans cette insécurité là, tout signe d'un changement brutal de mode de vie est pris comme une angoisse supplémentaire. Moi, je ne crois pas du tout que la France soit raciste. C'est sans doute un des pays les moins racistes dans l'Histoire », tient-il à souligner. Des propos dignes de sa ligne politique mais qu'il ne veut pas plus développer en ce moment, à l'occasion de la sortie du rapport, pour ne pas mettre de l'huile sur le feu. Après les propos de Morano, de nouvelles sorties chocs seraient donc à attendre prochainement...

Lire aussi :
Exit Nadine Morano des régionales
La France, « pays de race blanche » : le racisme de Nadine Morano s'expose (vidéo)
Après Cazeneuve, Nicolas Sarkozy invité d’un iftar privé du CFCM
La réunion de l’ex-UMP sur l’islam, ce sera avec le CFCM
Conventionner l'islam : de l'obsession identitaire républicaine