Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

En Italie, l’agression d’une athlète noire n’aurait rien de raciste (mais)

Rédigé par Lina Farelli | Lundi 6 Août 2018



En Italie, l’agression d’une athlète noire n’aurait rien de raciste (mais)
Le nouvel homme fort du gouvernement italien Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur issu de l'extrême droite, a accueilli avec jubilation les résultats de l’enquête sur l’agression subie par la jeune athlète Daisy Osakue dimanche 29 juillet : il n’y aurait aucun caractère raciste aux actes dont cette discobole, sensée participer aux championnats d’Europe d'athlétisme à Berlin du 7 au 12 août, a été victime.

Daisy Osakue, athlète née à Turin de parents nigériens, a été victime d'un lancement d’œuf qui lui a causé une abrasion et une lésion de la cornée. Alors que l'agression a vite été reliée au climat raciste en Italie, les jeunes agresseurs ont été retrouvés et interpellés le 2 août. L'un d'eux, fils d’un conseiller municipal du Parti démocrate (centre gauche), a juré au quotidien La Stampa que « le racisme n’a rien à voir là-dedans », que lui et ses camarades ont visé bien d'autres personnes, au hasard, et qu’ils voulaient davantage s’amuser que blesser.

Le motif raciste de l’agression, avancé par la lanceuse de disque, n’a donc pas été retenu par le procureur de Turin.

Gare toutefois à amoindrir, voire nier le problème du racisme en Italie. Au-delà de cette affaire, les agressions contre les personnes de couleur se sont bel et bien multipliées depuis l’arrivée au pouvoir de la Ligue, qui voue une vive détestation à l'immigration et à la diversité culturelle en Italie. Dans le courant du mois de juillet, cinq attaques contre des personnes de couleur ont été enregistrées dans les Abruzzes, en Sicile et en Vénétie.

A Rome, fin juillet, un quadragénaire marocain a été pris en chasse en voiture par des Italiens qui le soupçonnaient d'être un cambrioleur. Après avoir percuté un muret, il a été frappé avant de décéder un peu plus tard des suites de ses blessures.

Matteo Salvini, pour qui le racisme est « une invention de la gauche », refuse d’admettre l’existence de cette forme de violence caractérisée en Italie et s’en tient à son discours prônant le raccourci entre délinquance et immigration. De son côté, le ministre de la Famille Lorenzo Fontana a carrément appelé à l'abolition de la loi de 1993 pénalisant les discriminations et les violences racistes.

Marie-Anne Bonucci, spécialiste de l’Italie à l’Université Paris 8, reconnaît sur France 24 le rôle du discours de la Ligue dans cette flambée de violence raciste : « Cela a contribué à propager un sentiment d’impunité. Des individus qui ne seraient pas passés à l’acte se sentent désormais autorisés à le faire. »

Lire aussi :
En Italie, le premier sénateur noir est membre d'extrême droite
Les formations d'extrême droite sortent victorieuses des élections italiennes