Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Politique

En Belgique, Hassan Iquioussen n'échappera pas à l'expulsion vers le Maroc

Rédigé par Lina Farelli | Mercredi 16 Novembre 2022 à 11:00

           

Hassan Iquioussen devrait être prochainement expulsé vers le Maroc depuis la Belgique. Une décision que dénonce l'avocate du prédicateur musulman. Ce dernier s'est exprimé publiquement pour la première fois sur l'affaire qui le tourmente depuis des mois.



En Belgique, Hassan Iquioussen n'échappera pas à l'expulsion vers le Maroc
Hassan Iquioussen ne sera pas extradé vers la France mais il sera renvoyé vers le Maroc, ont annoncé les autorités belges après le refus de la justice de renvoyer le prédicateur musulman vers le sol français. Il a ainsi été placé, mardi 15 novembre, en rétention administrative à Vottem, dans la province de Liège.

Hassan Iquioussen, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt européen, « a perdu son droit de séjour en France et devait retourner dans son pays d'origine, le Maroc. Il a donc été placé dans un centre de retour fermé en vue de son éloignement du territoire », a fait savoir la secrétaire d'État belge à l'Asile et la Migration Nicole de Moor dans un communiqué, précisant qu'il n'a « pas l'autorisation de séjourner sur le territoire belge ».

Une décision « scandaleuse »

« La procédure pénale de mandat d'arrêt européen est jugée illégale ? Qu'à cela ne tienne, l'Office des étrangers belge décide, après s'être entendue avec le Parquet, de remettre M. Iquioussen à la France, empruntant ainsi la voie administrative », indique son avocate Me Lucie Simon via les réseaux sociaux.

« En résumé : la Belgique envoie un étranger qu'elle estime en séjour illégal dans toute l'Europe...en France. Ou comment le politique essaie de contourner - une fois de plus dans cette affaire - le judiciaire. Purement scandaleux », s'en est-elle émue.

Hassan Iquioussen se défend ouvertement

L'imam, âgé de 58 ans, s'est, quant à lui, exprimé pour la première fois publiquement dans la presse. « Je suis disposé à accepter les reproches, même un procès. Je veux bien qu'on me condamne parce qu'il est sûr et certain que j'ai dit des choses condamnables. Mais m'expulser de l'endroit où je suis né, là où j'ai toujours vécu, c'est comme déraciner un chêne », a declaré au Parisien l'imam, qui dénonce être devenu « un bouc émissaire, une sorte d'offrande sur l'autel de la politique ».

« Je veux dire à tous les Français : (...) écoutez-moi. Des centaines d'heures de mes conférences (...) sont disponibles sur Internet. Puisez dans cette mine. Découvrez qui je suis, a-t-il déclaré. Vous serez parfois d'accord, parfois en désaccord et c'est normal, mais en aucun cas vous ne trouverez un monstre hideux tel qu'on a pu le décrire. Ni un terroriste, ni un séparatiste, ni un intégriste ».

Lire aussi :
La justice belge refuse de remettre Hassan Iquioussen aux mains de la France
Affaire Hassan Iquioussen : une manif à Paris dénonce l’arbitraire de la justice française
L’expulsion de Hassan Iquioussen, une décision complexe dans une séquence politique à hauts risques pour les musulmans de France