Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Sur le vif

Droit au blasphème : le couple Macron s’exprime sur l'affaire Mila

Rédigé par Benjamin Andria | Mercredi 12 Février 2020 à 15:46



Droit au blasphème : le couple Macron s’exprime sur l'affaire Mila
Emmanuel Macron s’est exprimé sur l’affaire Mila, du nom de cette adolescente iséroise menacé de mort après avoir tenu de virulents propos anti-islam dans une vidéo.

« Dans ce débat, on a perdu de vue que Mila est une adolescente », a déclaré le chef de l’Etat dans un entretien au Dauphiné Libéré, paru mercredi 12 février. « On lui doit donc une protection à l’école, dans sa vie quotidienne, dans ses déplacements. L’Etat a pris ses responsabilités. »

Un temps déscolarisée face aux menaces qui planait sur elle, Mila a finalement pu être rescolarisée ces derniers jours. Mila « retourne dans son lycée aujourd’hui. On lui a trouvé une solution pour lui garantir sa sécurité, pour lui permettre de continuer sa vie, de continuer à être dans un cadre d’enseignement », avait informé, lundi 10 février, Gabriel Attal, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse, sur LCI.

« La loi est claire : nous avons droit au blasphème, à critiquer, à caricaturer les religions », a réaffirmé Emmanuel Macron. « L'ordre républicain n'est pas l'ordre moral », a soutenu le président, précisant que « ce qui est interdit, c’est l’appel à la haine, l’atteinte à la dignité ».

Par ailleurs, il estime que les enfants doivent « être mieux protégés » contre les « nouvelles formes de haine et de harcèlement en ligne », déclarant « sépare(r) cet impératif de la question sur la critique des religions ».

« On peut parler de tout, il n'y a pas de sujet tabou », a indiqué, pour sa part, Brigitte Macron, sur RTL, mercredi 12 février. « Attention peut-être à la manière dont on en parle. La parole est tellement virulente que l'on arrive vite à l'insulte. Mais je suis persuadée que l'on peut parler et rire de tout. »

Lire aussi :
« L'affaire Mila » ou l'élément révélateur des fragilités de la société et des communautés musulmanes
Affaire Mila : la liberté d’expression au détriment du principe de tolérance ?
Mila regrette la vulgarité de ses propos mais revendique son droit au blasphème