Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Copé-Fillon : le soldat Juppé échoue, l’UMP à la dérive

Rédigé par La Rédaction | Dimanche 25 Novembre 2012



La mission de médiation entre Jean-François Copé et François Fillon, menée sous le haut patronage d’Alain Juppé, a échoué dimanche 25 novembre. Le maire de Bordeaux, qui avait posé comme préalable que les deux parties acceptent son travail, a jeté l'éponge. « Les conditions de ma médiation ne sont pas réunies. Ma mission est achevée », a-t-il déclaré.

Il avait notamment proposé la création d'une commission de médiation composée de cinq membres : deux représentants de Jean-François Copé et François Fillon, deux personnalités neutres et lui-même. Enfin, il souhaitait que la commission des recours de l'UMP ne se réunisse pas avant d'avoir été entendue par la commission de médiation.

Dans l'entourage de Fillon, il est dit que c’est Copé, qui a été dans un premier temps proclamé président de l’UMP par la Commission électorale interne au parti (Cocoe), qui a refusé la médiation.

« Nous avons eu un entretien dans un climat qui était extrêmement cordial », a déclaré le maire de Meaux immédiatement à la sortie de la réunion. Mais considérant qu'il ne faut « pas mélanger ce qui relève du processus juridique et ce qui relève de la procédure politique », il souhaite attendre la proclamation des résultats après l'étude des recours par la commission nationale des recours. « Ensuite seulement viendra le temps de la médiation politique », explique-t-il.

L'ex-Premier ministre a annoncé, dans un communiqué, sa décision de saisir la justice « pour rétablir la vérité des résultats et rendre la parole aux militants. Je veux faire valoir ma victoire. Copé porte seul désormais la responsabilité d'un échec qui touche notre parti et compromet, au-delà, l'image de l'action politique ».

Lire aussi :
Ce que l’UMP de la Droite forte réserve aux musulmans de France
L’UMP se déchire !
Présidence de l’UMP : Copé ou Fillon, à droite toute !
Alain Juppé dit non à l’islamophobie
L’UMP, incompatible avec le FN, doit rejeter l'islamophobie, dixit Alain Juppé