Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

CPE : chronique d'une récupération politique

Par Hasni Berrebha, président EMF-Grenoble

Rédigé par Hasni Berrebha | Mercredi 5 Avril 2006

28 mars 2006, 3 millions de personnes dans les rues font entendre leur voix contre le Contrat première embauche espérant faire fléchir le Premier ministre sur ladite mesure. Les analystes se bousculent alors tentant de nous éclairer sur un mouvement qui n'avait connu une telle ampleur depuis les grèves de 1995. Toutefois, comme trop souvent rares sont ceux qui s'essaient à prendre un recul indispensable pour comprendre les évènements présents et rappeler une chronologie et un contexte qui sont autant de clefs qui offrent un autre angle de vue sur l'actualité.



Dans un premier temps, il convient de ne pas oublier que l'origine de cette mesure est à rechercher dans les émeutes qui ont secoué les banlieues au cours desquelles la classe politique constata, bon gré mal gré, qu'il existait un certain malaise dans ce qu'on appelle communément « les quartiers ». Souhaitant solutionner cet épineux problème, le gouvernement appuyé par le Président de la République promulgua un certain nombre de mesures regroupées au sein de la loi dite d' « égalité des chances ». Au moment où furent présentés les projets tels que le CNE ou le futur CPE, les syndicats et autres partis de gauche n'exprimèrent pas une virulence semblable à celle qu'ils nous présentent aujourd'hui, la question qui se pose est donc : que s'est-il passé entre temps ? La réponse est autant simple qu'inavouée, l'occasion était trop belle pour beaucoup de revenir au premier plan d'une scène politique dont ils avaient été exclus.

A l'heure d'une crise patente de l'engagement syndical où le nombre des adhérents se réduit à une peau de chagrin, l'encadrement d'un mouvement dont la popularité grandissante était plus que prévisible marque, par la force des choses, un acte salutaire pour les formations. Exemple parmi tant d'autres d'une manipulation des plus évidentes: l'organisation d'une assemblée sur le campus grenoblois le 21 mars dernier où l'on demanda aux étudiants de se scinder en groupes pro et anti-blocage afin de faire connaître la suite à donner au mouvement. Non seulement le blocage s'est poursuivi malgré une majorité contre ce dernier mais, comble de l'instrumentalisation, parmi les votants on pouvait compter des lycéens et salariés syndicalistes sur lesquels le doute était permis
quant à leur statut d'étudiant.

Pain béni pour les formations de gauche qui ont pu engager leur campagne présidentielle pour les uns, se refaire une santé pour les autres, l'embourbement du Premier ministre dans l'affaire du CPE a également profité, à bien des égards, à certaines personnalités issues des rangs même de la majorité parlementaire. Longtemps resté muet dans ce débat, le ministre de l'Intérieur est depuis peu monté au créneau prônant le dialogue avec les acteurs sociaux et jouant un rôle de régulateur dans les manifestations où les débordements furent nombreux. Marquant une certaine distance avec le chef du gouvernement, le Président de l'UMP désavoua la politique de ce dernier puisque, comme
chacun le sait, le soutien au sein d'un parti s'arrête là où les ambitions présidentielles commencent.

Si le triste spectacle offert par l'ensemble de la classe politique quant à la gestion et aux profits tirés de la crise n'est plus à démontrer, une question reste en suspens, tristement occultée par les polémiques suscitées par la mise en place du CPE, à savoir quelle solution apporter au gravissime problème que pose le chômage des jeunes ? Si tout le monde s'accorde à dire qu'une réforme importante est plus que nécessaire, quelle place réelle occupe ce débat au milieu des querelles partisanes et des ambitions personnelles ? Autant d'interrogations auxquelles chacun se doit de porter une profonde réflexion au-delà de tout intérêt et se convaincre que tout compromis implique des sacrifices.