Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Budapest, un air brun européen souffle fort de l’Est

Les récits de Bent Battuta

Rédigé par | Mardi 13 Mars 2018



Budapest, un air brun européen souffle fort de l’Est
Budapest. – Ni hostile, ni franchement réputée pour être une ville accueillante, Budapest fait partie de ces villes d’Europe de l’Est qui eurent un passé glorieux.

Ancienne station du fameux train Orient Express, Budapest, née de trois cités dont Buda et Pest, fut romaine puis ottomane sous le règne des Habsbourg. De ce passé glorieux, Budapest garde jalousement de précieux vestiges architecturaux qui sont des passages obligés des touristes venus d’Europe du Sud et de l’Ouest.

Après avoir visité sa voisine et rivale Prague, j’ai fini par succomber aux sirènes de la belle du Danube qui majestueux traverse la ville. Quelques clics et réservations plus tard, me voilà prête à passer un week-end prolongé en Hongrie. Ou plutôt dans sa capitale.

Ce week-end, une des lignes du métro flambant neuf de la ville ne marche pas. Je me rabats alors sur un bus qui m’emmène directement au centre-ville. De Budapest, au-delà des quelques informations historiques que je possède, mes connaissances sont limitées. Les quelques récits offerts par deux amis hongrois rencontrés à Bruxelles dont l’un est membre de la communauté rom ne m’ont guère enjoués.

Au bout de quelques minutes dans le bus, une affiche rouge pétante placardée sur le bord de la route principale me saute aux yeux. De loin, cela ressemblait à une affiche publicitaire sauf que non, ce n’est pas une publicité, rien à vendre. Une simple phrase y figure avec un nom que beaucoup connaissent. Ce nom, c’est celui de Soros. Cette affiche, c’est le message de Victor Orban,

Premier ministre hongrois contre Georges Soros, milliardaire juif d’origine hongroise qui a fondé et financé Open Society connue pour être une des fondations les plus engagées sur des questions hautement politiques et qui financent, entre autres, des organisations de la société civile sur les questions de lutte contre les discriminations faites aux migrants, aux Roms ou contre l’islamophobie. Il est à la fois vilipendé par les complotistes, les antisémites et identitaires qui voient en lui un fossoyeur de l’identité blanche et chrétienne de l’Europe qui veut submerger l’Europe sous le « poids des migrants ». Le Premier ministre a été jusqu’à le déclarer ennemi public n°1 et à l’accuser de participer à la crise des réfugiés de l’été 2015.

La répétition de ces affiches fait un drôle d’effet je dois dire.

Aux détours du trajet on distingue des bidonvilles et autres habitats précaires dans ce qui ressemble à une forêt. Plus on s’approche du centre-ville, plus les enseignes américaines et allemandes se font présentes. Artères larges et architecture imposante jaillissant et viennent rompre le gris et morne paysage offert au visiteur.

J’ai choisi de m’installer près de la rive gauche du Danube tout proche du bastion des Pêcheurs et de l’Eglise Matyas dont l’histoire m’avait intriguée. D’abord église, puis mosquée sous les Ottomans puis de nouveau église, le monument est situé sur une colline qui surplombe la ville offrant un panorama superbe sur le Danube et le parlement hongrois ferait pâlir Westminster.


Des angoisses identitaires qui s’affichent sans complexe

A peine arrivée, je m’engouffre dans le métro pour rejoindre le fameux Marché couvert de Budapest. La visite de la plus grande synagogue d’Europe, reflet d’une très importante et large présence juive décimée pendant la Seconde Guerre Mondiale, sera pour le lendemain. La rame est calme, nous sommes en période de vacances nationales ici. En face de moi, quelques personnes âgées et autres Européens venus découvrir la ville. Un passager m’intrigue. Installée en face de moi, il arbore tatouages, pins et autres symboles sur sa veste et son sac.

A s’y attarder de près, on reconnait tout l’attirail de l’extrême droite comme la croix cel-tique, symbole de la suprématie blanche. Il est rare de tomber sur un individu arborant un tel attirail de façon presque normal. Décomplexé.

L’ère Orban, c’est aussi cela. Un air européen qui s’assombrit. Ce sont des symboles, des mots et des actes en adéquation avec une idéologie qui, de Varsovie à Vienne en passant par Rome (à l’aune des résultats des dernières élections législatives disent, d’une part, le rejet de l’immigration et traduisent, d’autre part, les angoisses du continent européen.

Si l’extrême droite en Europe n’est effectivement pas unifiée, le constat est le même. Les militants d’extrême droite ont le vent en poupe partout sur le Vieux continent, même dans des pays qui se pensaient prémunis et hermétiques telle que la Suède ou encore l’Allemagne.

Ancien président du Parlement européen qui a conclu un accord de gouvernement au nom du SPD avec la chancelière Angela Merkel, Martin Schulz s’inquiétait déjà, il y a quelques années, de l’avancée du FPO, parti d’extrême droite en Autriche, en parlant du retour des démons du 20e siècle dans la maison Europe. Les démons se sont multipliés et s’en prennent aux piliers et fondations de cette maison aujourd’hui.

Lire aussi :
Hongrie : Viktor Orban veut une « loi anti-Soros » contre l’immigration et l’islam
Hongrie : l'islam, religion « d'un autre monde », hors d'Europe


Samia Hathroubi
Ancienne professeure d'Histoire-Géographie dans le 9-3 après des études d'Histoire sur les débuts... En savoir plus sur cet auteur