Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Sur le vif

Bangladesh : un religieux musulman admet le viol d'une douzaine de garçons d'une madrassa

Rédigé par Lina Farelli | Mardi 23 Juillet 2019



Bangladesh : un religieux musulman admet le viol d'une douzaine de garçons d'une madrassa
La police bangladaise a annoncé, lundi 22 juillet, l’arrestation d’un religieux de 42 ans, accusé d’avoir violé une douzaine de garçons âgés entre 12 et 19 ans. Les viols se sont produits dans une école coranique (madrassa) du quartier de la capitale Dacca.

Idris Ahmed « a admis avoir intimidé 10 à 12 garçons et les avoir violés. Il a violé un garçon seulement une semaine avant son arrestation et a filmé l’agression », a annoncé le Rapid Action Battalion (RAB), une section d’élite de la police locale. Celle-ci a eu accès à plusieurs vidéos de viols en saisissant le portable d’Idris Ahmed.

Selon les enquêteurs, ce religieux attirait les jeunes garçons dans sa chambre au sein d’une mosquée et leur imposait d’avoir des relations sexuelles répétées en les menaçant de lancer « un mauvais génie » contre ceux qui en parlaient.

Cette affaire n’est, malheureusement, pas un cas isolé. Idris Ahmed est le troisième religieux à avoir été arrêté pour des motifs de viols ce mois de juillet. Deux autres avant lui ont été accusés d’attouchements et de viols sur des filles. Ces arrestations remettent en cause la sécurité des enfants dans les madrassas du Bangladesh où de nombreux élèves issus de familles défavorisées y vivent en pensionnat. Depuis quelques semaines déjà, des témoignages d’anciens élèves masculins disant avoir été violés par des enseignants et des étudiants plus âgés fusent sur les réseaux sociaux.

Abdus Shahid, président d’une organisation bangladaise chargée de la protection de l’enfance, dénonce à l'AFP une « culture de l’impunité » dans le pays, dans la mesure où peu d’arrestations liées à des violences sexuelles sur des enfants n’aboutissent à des condamnations.

Lire aussi :
Le Bangladesh, en guerre contre la pornographie, bloque 20 000 sites