Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Australie : le controversé camp de migrants de Manus va fermer

Rédigé par Saphirnews | Mercredi 17 Août 2016



Un camp de refugiés à Manus.
Un camp de refugiés à Manus.
L’Australie est dans le collimateur des associations de défense des droits de l’homme en raison de son camp de rétention de migrants, installé sur l’île de Manus en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Plusieurs centaines de demandeurs d’asile y séjournent dans des conditions de vie difficile en attendant d’obtenir l’asile en Australie.

Le gouvernement papouasien a annoncé, mercredi 17 août, que l’Australie a accepté de fermer le camp sans préciser de date exacte. « La Papouasie-Nouvelle-Guinée et l'Australie sont d’accord sur le fait que le centre doit fermer », a déclaré le Premier ministre papouasien Peter O’Neill à la suite de ses pourparlers avec Peter Dutton, le ministre australien de l’Immigration.

La marine australienne a pris pour habitude de repousser vers les iles de Manus ou de Nauru les bateaux clandestins abritant des réfugiés syriens, irakiens ou afghans pour la plupart. Dans les camps de rétention, les autorités australiennes gèrent administrativement les migrants sans pour autant forcément accueillir sur son territoire ceux qui obtiennent le droit d’asile.

En avril dernier, la Cour suprême papouasienne jugeait le camp de Manus comme « illégal et anticonstitutionnel ». Peter O’Neill proposait alors aux migrants de rester s’installer en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Une proposition qui semble aller dans le sens du gouvernement australien. « Notre position, réaffirmée aujourd’hui à la Papouasie-Nouvelle-Guinée, est qu’aucun occupant du centre de traitement régional de l’ile de Manus ne pourra jamais s’installer en Australie », déclare le ministre australien de l’Immigration.

Lire aussi :
La Papouasie-Nouvelle-Guinée condamne l'Australie pour sa politique envers les refugiés
Les mers d’Asie plus meurtrières que la Méditerranée pour les réfugiés
Australie : manifestation contre la construction d'une mosquée
Australie : les musulmans inquiets après des manifs anti-islam
Agressions à Cologne : les réfugiés refusent d'endosser une responsabilité collective
Cologne, les agresseurs n’étaient pas des réfugiés




Loading