Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Assises nationales de la diversité culturelle : « Stop au double discours sur la laïcité ! »

Par Dounia Bouzar*

Rédigé par Dounia Bouzar | Lundi 14 Novembre 2011



Le président de la République a récemment déclaré : « Je ne veux pas d’une société dans laquelle les communautés coexistent les unes à côté des autres. Si on vient en France, on accepte de se fondre dans une seule communauté, la communauté nationale. Si on n’accepte pas cela, on ne vient pas en France », pour ensuite demander un débat sur « les limites que nous mettons à l’islam »... Pourtant, la diversité religieuse n’a rien à voir avec le communautarisme, ni même avec le multiculturalisme, sauf à considérer que l’islam déterminerait une fois pour toutes les individus, de manière uniforme.

Or c’est exactement le contraire : l’islam ne détermine pas les individus. Ce sont les individus qui déterminent la compréhension de leur religion à partir de ce qu’ils sont et de ce qu’ils vivent... Je rappelle une évidence : on ne rencontre jamais des cultures ou des religions, mais toujours des individus qui s’approprient des éléments de culture et de religion, qui sont eux-mêmes en perpétuelle mutation et interaction. Et certains discours politiques ne semblent toujours pas avoir compris que l’on peut être à la fois de culture française et de confession musulmane, comme l’on peut être de culture française et bouddhiste…

À partir de quand est on différent ? À partir de quand est on similaire ? Appréhender Mohamed comme « issu de la diversité », alors qu’il a grandi avec Élisabeth et David depuis l’école maternelle, qu’il écoute la même musique et regarde les mêmes films, peut être aussi violent que de l’empêcher d’être musulman. Transformer une petite différence en catégorie permet d’enfermer un groupe d’individus dans une définition toute faite et de penser à leur place.

La diversité religieuse, lorsqu’elle est bien gérée, ne mène ni à l’assimilation ni au communautarisme ! La laïcité a été instaurée pour que les Français puissent ensemble avoir un destin commun, avec leurs identités multiples, qui peuvent d’ailleurs évoluer. Être de la religion du roi pour être sujet du roi, c’est terminé ! Plus jamais une morale unique, religieuse ou pas, ne pourra s’imposer. Laïque ne signifie pas « athée ». On peut être à la fois croyant pratiquant et laïque, si l’on n’impose pas sa religion comme vision du monde supérieure. Dans la même logique, on peut donc être athée et non laïque, si l’on considère que tous les croyants sont forcément des retardés mentaux ou des névrosés…

Au lieu d’entériner les termes d’un débat posé par Marine Le Pen dans l’objectif de creuser un peu plus la présomption d’altérité autour de l’islam, il aurait été intéressant que le chef de l’État rappelle à tous les élus leur responsabilité dans l’application de l’égalité des cultes. Car pour ne prendre qu’un exemple, si Noël fait partie de la culture commune de tous les Français, croyants ou pas, chrétiens ou musulmans, la demande de fêter l’Aïd « tous ensemble », de manière culturelle, est vécue comme du communautarisme incompatible avec la laïcité… Appréhender toute initiative d’inclusion musulmane comme du communautarisme repose sur le fait que l’islam est vécu comme une référence étrangère. Ce fameux « nous » et « eux », jusqu’à quand ?

Il va falloir cesser le double discours sur la laïcité et faire un choix : soit la France impose une vision du monde (catholique ou athéisme) et abroge la loi de 1905 qui garantit à chacun sa liberté de conscience tant qu’il n’entrave pas celle de son voisin ; soit la France applique la loi de 1905 à tous de la même façon et cesse de considérer la pratique musulmane comme la preuve du refus de s’intégrer.

La cohésion nationale se décide non pas par des grands discours mais par l’expérience commune, la « transpiration humaine partagée ». C’est pour cette raison que la grande erreur à éviter, pour un pays qui veut rester fort, c’est bien de segmenter ses citoyens en cautionnant des discriminations. Bien au contraire, il faut penser à construire de l’unité en rassemblant toute la diversité.

*****
Anthropologue au cabinet Cultes et Cultures, experte auprès du Conseil de l’Europe sur les discriminations religieuses, Dounia Bouzar est l'auteure, notamment, de Laïcité, mode d’emploi : 42 études de cas (Eyrolles, 2010). Elle participera aux premières Assises nationales de la diversité culturelle organisées par Témoignage chrétien en partenariat avec Salamnews, samedi 19 novembre, à Paris. Thème de son intervention : « La diversité religieuse n'est pas la source du communautarisme. »