Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

A Montceau, « pas de place pour ceux qui stigmatisent les enfants musulmans »

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 9 Septembre 2015



Le maire de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, refuse l'introduction de menus sans porc dans les cantines scolaires de sa ville lorsque du porc est servi aux enfants.
Le maire de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, refuse l'introduction de menus sans porc dans les cantines scolaires de sa ville lorsque du porc est servi aux enfants.
Un invité embarrassant. Gilles Platret, maire Les Républicains de Chalon-sur-Saône, était l'invité officiel de la municipalité de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), à l’occasion de la commémoration de la libération de la ville dimanche 6 septembre. Mais la présence du maire qui a lancé la polémique sur l’interdiction des menus de substitution à la cantine scolaire, n’a pas fait que des heureux, loin de là.

Les élus de l’opposition de la gauche rassemblée de Montceau ont dénoncé cette invitation provocante, rapporte le Journal de Saône-et-Loire lundi 7 septembre. « Une provocation qui sous-entend que Madame le Maire approuve ses choix et orientations, notamment sur la question des menus de substitution dans les restaurants scolaires. Un soutien offusquant et scandaleux », explique les élus dans un communiqué.

L’édile LR est n’est donc pas le bienvenu dans la ville, en particulier le jour d'une commémoration en hommage à « celles et ceux qui refusèrent l’idée d’une hiérarchisation des origines et des religions ». Pour les élus, la date du 6 septembre « où, l’atmosphère mérite de la pudeur et (de) la réserve » a été « entachée d’une invitation déplacée. » « Il n’y a pas de place pour ceux qui stigmatisent les enfants musulmans sur les bancs des cantines scolaires », lancent-ils.

C'est le 16 mars dernier que le maire de Chalon-sur-Saône a annoncé le 16 mars dernier que les cantines des écoles primaires de sa ville ne proposeront plus de repas de substitution aux enfants qui ne mangent pas de porc au nom du respect du « principe de laïcité » et pour le « vivre-ensemble ».

Pourtant, lors d’affaires similaires en 2014, l’Observatoire de la laïcité avait été clair : la diversité de menus, avec ou sans viande, offerte par les cantines « ne répond pas à des prescriptions religieuses mais à la possibilité pour chacun de manger ou non de la viande tout en empêchant la stigmatisation d’élèves selon leurs convictions personnelles ».

Cette décision a alimenté une polémique cet été, d'autant que le maire a été suivi dans sa décision par plusieurs de ses homologues, dernièrement à Wissous et à Chilly-Mazarin. Des maires comme celui de Toulouse et de Perpignan ont décidé, au contraire, d'intégrer le menu végétarien. Une idée qui fait de plus en plus son chemin au point que le député UDI Yves Jego a lancé une pétition en vue d'une proposition de loi en faveur d'un menu végétarien obligatoire dans chaque cantine scolaire. Une « alternative végétarienne » qui a rassemblé à ce jour plus de 126 293 signatures.

Lire aussi :
À table, écoliers ! C’est la rentrée !
Menu végétarien à la cantine : Yves Jégo donne l’exemple
Repas sans porc à la cantine, une proposition de loi en vue
Pour l'égalité dans l'assiette, les bienfaits du végétarisme
A Chalon-sur-Saône, du porc ou rien au nom de la laïcité
La laïcité, mauvais prétexte pour supprimer les menus sans porc




Loading