Connectez-vous S'inscrire






Société

La prévention de la radicalisation au programme de l’instance de dialogue avec l’islam

Rédigé par | Vendredi 18 Mars 2016

Lundi 21 mars sont conviées quelque 150 personnalités musulmanes à l’instance de dialogue avec l’islam organisée par Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur en charge des cultes. Pour cette deuxième édition, la prévention de la radicalisation sera au centre des débats et réflexions plus d’un an après les attentats de janvier et quatre mois après ceux de novembre 2015. Une préoccupation majeure pour le ministère, tandis que la déchéance de nationalité déchire sénateurs et parlementaires et que l’état d’urgence est prolongé jusqu’en mai 2016.



Des discours officiels, des ateliers, des guides pratiques et un avant-projet de livre blanc sur la prévention de la radicalisation sont au menu de l’instance de dialogue avec l’islam, lundi 21 mars, au ministère de l’Intérieur.
Des discours officiels, des ateliers, des guides pratiques et un avant-projet de livre blanc sur la prévention de la radicalisation sont au menu de l’instance de dialogue avec l’islam, lundi 21 mars, au ministère de l’Intérieur.
Pour sa deuxième rencontre, l’instance de dialogue avec l’islam de France, qui avait été organisée par le ministère de l’Intérieur en juin dernier à la suite des attentats qui ont frappé la France début 2015, sera exclusivement consacrée à la prévention de la radicalisation. Elle aura lieu lundi le 21 mars et réunira quelque 150 à 160 personnalités musulmanes et une cinquantaine de membres de services ministériels, de représentants d’organismes en lien avec le thème traité et d’experts de la société civile.

Cette thématique exclusivement dédiée à la radicalisation avait été annoncée par le ministre de l’Intérieur le 9 janvier, lors de sa visite à la mosquée de Saint-Ouen-l’Aumône (Seine-Saint-Denis), pendant l’opération du « Thé de la fraternité », lancée par le Conseil français du culte musulman (CFCM) durant la semaine d’hommage national un an après les attentats ayant touché Charlie Hebdo et l’HyperCascher.

Dans son discours de janvier, Bernard Cazeneuve disait assumer « avoir procédé à l’expulsion d’imams autoproclamés qui prêchent la haine plutôt que l’esprit et la lettre de votre religion » (ndlr : en janvier 2016, on comptait 49 expulsions d’imams prononcées et 12 fermetures de mosquées), évoquait les 4 000 appels reçus à la plateforme de signalement et la nécessité de mettre en place « des politiques globales » mais aussi des « stratégies de suivi individuel des personnes radicalisées » pour mener une « lutte efficace contre la radicalisation qui doit nous unir dans un même mouvement républicain ».

Quatre ateliers sur les moyens de lutter contre la radicalisation

Contrairement à la première instance de dialogue qui s’était intéressée aux problématiques en lien avec la pratique du culte (abattage rituel, mosquées, formation des cadres religieux), les échanges seront donc concentrés sur le phénomène de la radicalisation au cours de quatre ateliers de réflexion.

Imams, recteurs, aumôniers, président-e-s d’associations, ce sont plus de 150 personnes à référence musulmane qui sont invitées à participer à la deuxième instance de dialogue.
Imams, recteurs, aumôniers, président-e-s d’associations, ce sont plus de 150 personnes à référence musulmane qui sont invitées à participer à la deuxième instance de dialogue.
Un premier atelier portera sur la coordination des actions des pouvoirs publics et des organisations musulmanes pour la prévention de la radicalisation. Le deuxième, qui réunira plusieurs aumôniers, sera axé sur la radicalisation en milieu pénitentiaire. Le troisième réfléchira à l’élaboration de contre-discours et au rôle des imams et des théologiens. Le quatrième atelier sera dédié aux jeunes en tant qu’acteurs de la prévention contre la radicalisation.

Avant cela, la journée commencera par un discours du Premier ministre, suivi de celui du président du CFCM Anouar Kbibech, lequel a succédé à Dalil Boubakeur en juillet dernier. Sera également donnée une restitution des travaux menés par les groupes de travail mis en place à la suite de la première instance de dialogue et qui se sont réunis plusieurs fois à l’automne.

L’un des groupes a travaillé sur l’abattage rituel et l’organisation de l’Aïd al-Adha ; un autre, sur les carrés confessionnels et les dispositions funéraires ; un troisième, cette fois-ci multiconfessionnel, a planché sur le financement et la construction des lieux de culte. Des guides de « bonnes pratiques » sont en cours de rédaction et leur publication est prévue pour l’été prochain.

Des guides pratiques

L’issue de ces groupes de travail est très attendue puisque, chaque année, l’Aïd al-Adha, la plus grande fête de l’islam, connait régulièrement des déboires entre abattoirs temporaires en nombre insuffisant et appels au boycott pour cause de prix faramineux. Quant à la question funéraire, la France manque cruellement de carrés musulmans obligeant les familles à rapatrier les corps alors que de plus en plus de musulmans sont français et souhaiteraient être inhumés en leur terre natale.

Faisant suite à un groupe de travail réunissant des acteurs des différentes religions de France, un guide sur le financement et l’édification de lieux de culte devrait être publié d’ici à l’été 2016.
Faisant suite à un groupe de travail réunissant des acteurs des différentes religions de France, un guide sur le financement et l’édification de lieux de culte devrait être publié d’ici à l’été 2016.
Enfin, tandis que l’on compte 2 400 mosquées et salles de prière en France, parmi lesquels 64 seulement peuvent recevoir plus de 200 fidèles, 300 projets de construction se heurtent à des problèmes de financement et d’urbanisme mais aussi, pour certains, sont au cœur d’enjeux politiques locaux, l’érection d’une mosquée cristallisant les peurs ancestrales de l’étranger, du musulman, de l’envahisseur. Ainsi, contrairement au guide Le Maire et les édifices cultuels de l’Association des maires de France qui date déjà de 2010 et au rapport d’Hervé Maurey remis au Sénat en 2015 sur le financement des lieux de culte ‒ intéressant mais rébarbatif pour des acteurs de terrain ‒, la publication du guide consacré à l’édification et à la gestion des lieux de culte, trouvera, de toute évidence, son utilité s’il est à visée pratique et destiné explicitement tant aux porteurs de projets de construction de lieux de culte qu’aux décideurs locaux.

Au cours de la deuxième instance de dialogue, un point sera d’ailleurs établi sur la sécurisation des lieux de culte. Le ministre de l’Intérieur avait donné, en juin dernier, le chiffre de 1 000 mosquées protégées par les forces de l’ordre et les forces armées et annoncé un budget de 9 millions d’euros sur les trois prochaines années destinés au financement de dispositifs de sécurité tels que des caméras de vidéoprotection.

Entretemps, la mosquée d’Auch a été saccagée par un incendie criminel en août 2015, la mosquée d’Ajaccio a subi une attaque islamophobe en décembre 2015... Sur toute l’année 2015, les actes antimusulmans ont triplé atteignant le nombre d’environ 400. C’est donc un bilan 2015 des condamnations judiciaires prononcées à raison d’actes islamophobes qui est attendu.

Formation « laïque » et recherche en islamologie

Qui dit prévention de la radicalisation dit formation des imams et des cadres religieux. Un point sera fait lors de l’instance de dialogue. Si l’État n’intervient pas dans le contenu de la formation théologique, il a toutefois mis en place des diplômes universitaires qui viendraient compléter cette dernière et deviendraient obligatoires pour qui veut diriger le culte dans les prisons, les hôpitaux et dans l’armée. Ces diplômes universitaires (DU) sont au nombre de 13 aujourd’hui – le premier étant celui de l’Institut catholique de Paris et l’un des dernier-nés étant à l’université de Paris-Sud – et incluent des matières dites profanes, telles que la sociologie et l’histoire des religions, le droit des associations et de l’urbanisme, la laïcité…

Mais le ministre de l’Intérieur aura certainement à cœur, lundi 21 mars, d’annoncer aussi pour la prochaine rentrée 2016 la création de postes d’enseignants-chercheurs, de maître de conférences et de directeur d’étude, d’une part, en islamologie et, d’autre part, sur la radicalisation, dans 10 établissements universitaires (Sorbonne, École pratique des hautes études, Strasbourg, IREMAM, Lyon…). Cette impulsion ministérielle, dans le cadre de la « mobilisation de l’école pour les valeurs de la République » engagée par l’Éducation nationale à la suite des attentats de 2015, donnée à la recherche en sciences sociales et en islamologie permettra peut-être aux instances politiques de « comprendre pour agir » – à contrario de la phrase du Premier ministre « Expliquer le jihadisme, c’est déjà vouloir un peu l’excuser », très mal perçue par les intellectuels, les sociologues mais aussi les acteurs de terrain.

Autre nouveauté qui fait partie des promesses prononcées lors de la première instance de dialogue pour soutenir la recherche en islamologie : le lancement du prix de thèse 2016 sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans. Co-organisé par l’Institut d’études de l’islam et des sociétés du monde musulman (IISMM) et le Groupe d’intérêt scientifique Moyen-Orient et mondes musulmans, le prix de thèse est cofinancé par le ministère de l’Intérieur via le bureau central des cultes, la fondation Mohammed Arkoun pour la paix entre les cultures et le bureau Moyen-Orient de l’Agence universitaire de la francophonie. Sous le libellé prix de thèse, ce sont en fait quatre prix qui seront décernés à des jeunes docteurs le 27 mai prochain, la liste des lauréats étant rendue publique le 15 avril.

Des effets d’annonce ?

L’instance de dialogue 2e édition aura donc l’air de nouveau d’une vaste opération de communication pour montrer combien l’engagement de l’État est total contre la radicalisation de ses ouailles, qui ne manquera pas non plus de mentionner l’ouverture prochaine de plusieurs centres de « déradicalisation ». Mais si l’on s’en tient aux signes de radicalisation présentés dans la campagne gouvernementale « Stop djihadisme », qui a frappé de consternation plus d’un musulman lambda, l’on se demande bien quels peuvent être, pour le ministère de l’Intérieur, les signes de « déradicalisation ».

Une synthèse des allocutions « Agir contre le terrorisme », prononcées lors du Rassemblement citoyen des musulmans de France, sera diffusée à l’occasion de l’instance de dialogue avec l’islam.
Une synthèse des allocutions « Agir contre le terrorisme », prononcées lors du Rassemblement citoyen des musulmans de France, sera diffusée à l’occasion de l’instance de dialogue avec l’islam.
Il est à craindre qu’une partie des discours prononcés lors de la deuxième instance de dialogue se limiteront à des effets d’annonce. L’on sait d’après l’expérience d’acteurs de terrain, que la plupart des jeunes radicalisés sont issus de familles athées (50 %), de familles de référence catholique (30 %) ou de familles musulmanes (16 %) n’ayant pas transmis de culture religieuse. L’on voit que ce ne sont pas les musulmans dits « classiques » (familles, mosquées, groupes religieux) qui embrigadent mais les discours salafisants diffusés par le groupe des pairs ou sur Internet.

L’on se demande alors bien en quoi les participants à l’instance de dialogue avec l’islam, qui sont tous des personnalités musulmanes bon teint prônant leur attachement aux valeurs de la République peuvent dès lors agir concrètement sur le phénomène de la radicalisation.

Des responsabilités partagées

Il n’empêche. Fort du succès qu’a remporté le Rassemblement citoyen des musulmans de France organisé juste après les attentats de novembre 2015, qui a fait salle comble à l’Institut du monde arabe, le CFCM a demandé aux participants de la table ronde « Agir ensemble contre le terrorisme », soit les présidents des dix fédérations musulmanes, les recteurs des cinq Grandes Mosquées, mais aussi à l’aumônier national des prisons et au président de l’Observatoire national contre l’islamophobie, de rédiger une contribution. Un livre blanc sur la prévention de la radicalisation sera publié par le CFCM. Une synthèse d’une dizaine de pages sera diffusée à l’occasion de la deuxième instance de dialogue.

Choisir la radicalisation (« jihadiste », « islamiste » ?) au cœur du programme de l’instance de dialogue, c’est cependant faire accroire à l’opinion publique que seuls les musulmans auraient une forte responsabilité dans ce phénomène, notamment à travers une interprétation non revisitée de leurs textes fondateurs. Mais c’est oublier que le terreau de la radicalisation se trouve aussi non seulement dans les inégalités sociales et économiques que traverse la France et les frustrations qu’elles engendrent, mais encore dans l’absence de grands idéaux à proposer à notre jeunesse.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu