Connectez-vous S'inscrire






Société

Mourad Benchellali : « La déradicalisation est un faux concept »

Rédigé par Samba Doucouré | Jeudi 14 Janvier 2016

À l'occasion du 14e anniversaire de l'ouverture de Guantanamo jeudi 14 janvier, Saphirnews a interrogé un des tout premiers détenus de la prison américaine. Mourad Benchellali est originaire de Vénissieux, dans la région lyonnaise, où il tente de reconstruire une vie normale malgré les incessantes suspicions dont il fait l'objet depuis son retour en France. A sa libération en 2006, il se bat pour empêcher des jeunes de faire la même erreur que lui. Alors que la France s'est engagée vers un sérieux tournant sécuritaire, sa parole est plus que jamais avisée.



Mourad Benchellali, ancien détenu à Guantanamo qui s'est spécialisé dans la prévention au radicalisme auprès de la jeunesse depuis 2006, critique le tournant sécuritaire du gouvernement Valls.
Mourad Benchellali, ancien détenu à Guantanamo qui s'est spécialisé dans la prévention au radicalisme auprès de la jeunesse depuis 2006, critique le tournant sécuritaire du gouvernement Valls.

Saphirnews : Après votre remise en liberté, vous auriez pu essayer de vous faire oublier mais vous avez, au contraire, choisi de vous exprimer auprès des médias. Pourquoi ?

Mourad Benchellali : Parce que je me sens concerné et on devrait tous l'être car nous pouvons tous contribuer à arrêter la spirale de la violence. J'ai pris la parole aussi parce que je m'identifie à ces gamins qui se laissent embarquer en Syrie. Cela me rappelle ma propre histoire.

En réalité, j'interviens depuis des années dans les écoles. Les jeunes sont très curieux et fascinés par ce qui m'est arrivé. Ils me posent des questions sur Ben Laden, l'Afghanistan, les camps d'entraînement, ils me demandent comment on s'en sort après tout ça. Cela permet de remettre en perspective ce qu'est une terre de jihad et quelles sont les conséquences d'un départ pour eux ou pour leurs familles. Cela les fait réfléchir en général.

Quelle image ces jeunes ont-ils de la figure du jihadiste ?

Mourad Benchellali : Ils n'ont pas de fascination pour les jihadistes. Ce que j'ai constaté, c'est qu'ils ont plus de facilité à comprendre la décision des jeunes qui partent en Syrie. Ils ne les voient pas comme des terroristes mais comme des combattants d'une cause qu'ils ne comprennent pas forcément. Souvent, ils font la comparaison avec les soldats d'armées régulières d'autres puissances. Ils me donnent l'exemple des Franco-Israéliens qui peuvent aller s'entraîner, combattre et revenir (en France) sans que cela pose problème.

Quelle différence faites-vous entre les jeunes embrigadés d'aujourd'hui et ceux d'hier comme vous ?

b[Mourad Benchellali :] b Ils partent un peu pour les mêmes raisons. Ce qui a changé, c'est la simplicité qu'il y a à rejoindre la Syrie aujourd'hui par rapport à l'Afghanistan à mon époque. Autrefois, il fallait intégrer des réseaux et échapper aux radars des services de renseignement. Pour la Syrie, il suffit d'aller en Turquie et de payer un passeur. Il est aussi devenu facile de communiquer avec les jihadistes, aujourd'hui plus qu'avant.

Dounia Bouzar a identifié les profils et les motivations des jeunes qui partent rejoindre Daesh. Jugez-vous qu'elles sont pertinentes au vu de votre expérience ?

Mourad Benchellali : Je pense que ses grilles de lecture sont caricaturales. Dounia Bouzar tente d'expliquer ce qui est inexplicable. C'est une erreur de vouloir identifier des profils-types de personnes aptes au départ, on ne peut pas rentrer dans la tête de quelqu'un pour savoir.

Il faut aussi faire la distinction entre des mineurs qui se laissent engrainer et d'autres plus âgés qui savent très bien où ils mettent les pieds. Certains partent vraiment pour des raisons religieuses ou idéologiques mais on ne peut pas essentialiser non plus de cette façon. Je crois qu'il y a toutes les raisons du monde qui peuvent expliquer le départ de quelqu'un.

Du coup, quel regard portez-vous sur les cellules de déradicalisation ?

Mourad Benchellali : Il faut savoir que tout ce qu'a mis en place le ministère de l'Intérieur tourne autour du discours de Dounia Bouzar. (...) Il y a beaucoup de confusion parce qu'on voit de la radicalisation partout alors même qu’on n’a pas défini ce que c'est. On ne sait pas faire la différence entre un rigoriste religieux et un extrémiste violent. Les éducateurs ne distinguent pas un jeune « à fond dans la religion » et un candidat au jihad.

Le résultat, c'est qu'on stigmatise des jeunes qui ne sont pas forcément violents. On aggrave le problème en faisant peser la suspicion sur eux. Je trouve qu'on ne s'est pas suffisamment appuyé sur de vrais professionnels qui connaissent le terrain. On se réfère à des personnes médiatiques et on reste dans la superficialité. J'ai été convoqué au Sénat par la commission sur les réseaux jihadistes, mais ils n'ont pas retenu grand-chose de ce que j'ai pu raconter.

Mourad Benchellali dans un rassemblement pour la fermeture de la prison de Guantanamo
Mourad Benchellali dans un rassemblement pour la fermeture de la prison de Guantanamo

Idéalement, comment devrions-nous traiter les gens qui reviennent ?

Mourad Benchellali : Dans un premier temps, si on peut leur éviter la prison, c'est déjà pas mal. Je pense qu'il ne faut pas les mettre dans un circuit répressif car ce n'est pas de nature à leur donner envie de reprendre une vie normale. On augmente les difficultés de réinsertion puisque, en plus du regard des autres, ils doivent supporter un casier judiciaire. De plus, le gouvernement veut regrouper les détenus considérés comme étant radicaux. Ensemble, ils ne pourront pas parler d'autres choses que de jihad. Ils vont s'encourager les uns les autres, c'est évident. Il faudrait être capable de répondre aux demandes des concernés. Quand on revient, on a besoin de voir un médecin pour parler des choses difficiles qu'on a vues. Puis, on se réinsère par le travail, il faut les aider à trouver un job.

Après, je me demande quand est-ce qu'on estime qu'une personne est « déradicalisée » ? Elle peut toujours ruser et dire ce que vous avez envie d'entendre : « Vive la France, vive la République. » A contrario, quelqu'un peut avoir un discours haineux sans avoir envie de passer à l'acte. La déradicalisation est un faux concept.

Comment réagissez-vous alors à la proposition de déchéance de nationalité ?

Mourad Benchellali : Cela signifierait que la nationalité n'est pas acquise, qu'on n’est pas Français à 100 %. Vivre avec cette idée, c'est compliqué surtout si on a déjà du mal à se sentir Français. Mettre dans la tête des gens qui sont nés en France qu'on peut les déchoir est dangereux. Cela peut contribuer au malaise identitaire qui existe déjà chez les jeunes.

Les attentats du 13 novembre 2015 ont été suivis de la promulgation de l’état d’urgence et d’une série de mesures restreignant des libertés. Craignez-vous que la France suive le chemin des États-Unis après le 11-Septembre ?

Mourad Benchellali : Oui, parce qu’on a déjà entendu des hommes politiques appeler à un Patriot Act à la française ou à des camps d’internement pour les fichés S, voire à un nouveau Guantanamo. Nous allons vers un tout-sécuritaire. Pour l’instant, on parle de détention administrative. Un Guantanamo à la française ne serait pas forcément assorti à de la torture. Mais un camp où les détenus seraient privés de leurs droits les plus fondamentaux, c’est toujours possible. Après, il faut savoir que les Américains n’y sont pas parvenus du jour au lendemain. Je pense que c’était préparé et théorisé par des responsables militaires bien avant. Ils ont dû simplement appliquer une mesure qu’ils avaient conçue à l’avance.

Récemment, vous avez été empêché d’intervenir dans une conférence au Canada. Avez-vous connu d’autres incidents similaires ?

Mourad Benchellali : Chaque fois que je voyage, c’est compliqué. Je suis le mec qu’on met de côté à l’aéroport. Je peux comprendre que je sois surveillé mais je me demande quand je pourrai avoir une vie normale. À cause de certains qui passent à l’acte, d’autres en payent le prix. C’est l’histoire de ma vie. J’ai fait Guantanamo parce que des gens ont commis les attentats du 11-Septembre. Aujourd’hui, certains sont assignés à domicile à cause des attentats du 13 novembre. Ils sont victimes parce qu’ils sont musulmans.

Fermeture de la prison de Guantanamo Bay : où en est-on ?

#CloseGuantanamo. Dès son investiture à la présidence des États-Unis en 2009, Barack Obama a signé un décret ordonnant la fermeture du centre de détention dans un délai d’un an. Il déclare avoir toujours l’intention de fermer la prison avant l’expiration de son mandat fin 2016. L’une des solutions envisagées serait le transfert des détenus restants vers d’autres prisons ou installations militaires américaines pour une durée indéterminée. Cependant, « cette proposition revient à changer le code postal de Guantánamo. En outre, elle établirait un dangereux précédent susceptible d'être exploité par de futurs gouvernements. Le président Barack Obama ne doit pas relocaliser la détention illimitée sans inculpation, mais y mettre un terme », a indiqué Naureen Shah, directrice du programme Sécurité et droits humains d'Amnesty International États-Unis.

A ce jour, d’après l'ONG, « 104 détenus sont incarcérés sur la base navale américaine de Guantánamo Bay, à Cuba – 45 d'entre eux ont obtenu le feu vert pour leur transfert, mais demeurent derrière les barreaux ». Amnesty appelle l'opinion publique à interpeller Barack Obama en signant notamment une pétition soumise dans le site de la Maison Blanche.







Loading














Recevez le meilleur de l'actu